Jean-Michel Lambot

Accompagnant

Marianne Vos

Accompagnante

Pascale Pendville

Accompagnante

Marianne VOS

 

Petite déjà, le sens des maladies me questionnait. Pourquoi avais-je des angines à répétition ? Pourquoi la maladie ? Pourquoi souffrir ?

 

En grandissant, je me suis éloignée de ce questionnement, il fallait que j'agisse. Je suis entrée à 14 ans à la Croix-Rouge, puis suis devenue infirmière et ai travaillé 20 ans en soins intensifs. Je me suis mariée, ai eu deux garçons, me suis remariée. Je suis maintenant une grand-mère comblée. 

 

Soigner le corps ou soigner l’être ? 

 

Comment pouvais-je soigner les personnes sans prendre le pouvoir, même de manière subtile? Comment faire pour ne pas vouloir sauver l'autre? Qui étaient vraiment ces personnes que je soignais? Comment ne pas m'écrouler en berçant une maman qui venait de perdre ses enfants dans un accident? Comment donner un sens à toutes ces souffrances?

 

Il devenait évident pour moi que je devais trouver des réponses à ces questionnements.  

 

Après de multiples formations pour me rapprocher de ce sens, dont celles en énergétique, en  compréhension du sens des maladies et en soins esséniens, je suis devenue thérapeute. Mais il me manquait toujours quelque chose. C'est alors que j’ai rencontré Marianne Hubert, que je me suis formée à sa méthode, celle du Troisième Pôle. J'ai compris que la vérité de notre enfance est inscrite dans notre corps, car petits nous n'avons pas appris les mots ni les concepts pour exprimer nos émotions et qu’alors nos symptômes ont pris le relais.

 

Pourquoi la maladie ? Pourquoi une rupture, une faillite ou la perte de son travail ? Pourquoi les conflits relationnels ?

 

Et si ces problèmes étaient des portes d'entrée vers la conscience ?

 

Et s’ils devenaient l’occasion de s'ouvrir à autre chose, de plonger en soi et de comprendre le sens de sa vie ?

 

C'est pour donner un sens à tout cela que j'accompagne en individuel ou en groupe ceux qui veulent apprendre les mots et les concepts pour exprimer les émotions qui vivent au fond d'eux, qui souhaitent se transformer en profondeur.

 

J’anime ces groupes un mercredi soir sur deux, de 19h à 22h au Centre Autre-Porte à Autre-Eglise. Le prochain groupe aura lieu le mercredi 17 juin.

 

Je reçois en individuel à mon cabinet 44, Chemin des Carriers – 1370 Saint Remy-Geest.

 

Contacter Marianne : marianne.vos20@gmail.com

Tél : + 32 10 81 33 94  -  + 32 476 90 75 09

Fabienne Pendville

Accompagnante

Françoise Delstanche

Accompagnante

Arlette Kempen

Accompagnante - stagiaire

Arlette Kempen

Accompagnante

Lucette Agrippa

Accompagnante

Lucette Agrippa

Accompagnante

Fabienne PENDVILLE

Accompagnante

 

Avoir une relation saine avec ses enfants en renouant avec son enfant intérieur, c’est possible! 

 

J’ai toujours été interpellée par le monde de l’enfance, fascinée par l’intensité émotionnelle des enfants et leur spontanéité. Ayant été moi-même un enfant intense, je ne supportais guère de devoir correspondre, de me limiter. Faire un métier où j’allais être entourée d’enfants me semblait bien à propos pour leur donner et «rattraper», ce dont je m’étais sentie privée: la liberté d’être, tout simplement, sans devoir correspondre à un modèle.

 

C’est alors que j’entame des études d’institutrice maternelle. Je me passionne pour la psychologie de l’enfant, pour tout ce qui touche à la créativité ainsi que pour la littérature enfantine, dans lesquels je trouve des sources et moyens de donner à l’enfant l’occasion de se découvrir, de s’expérimenter et de s’exprimer au sens large, de prendre du plaisir aussi.

 

Devenue institutrice, je me désillusionne bien vite en découvrant que je suis incapable de mettre en pratique mes beaux principes d’éducation. Je découvre que les émotions intenses des enfants dont je m’occupe sont en résonance avec les miennes. Je me sens incapable d’accueillir leur propre intensité et je me vois reproduire malgré moi la même éducation que celle dont j’ai souffert. Je m’en sens terriblement coupable et désespérée.

 

Ma rencontre avec Marianne Hubert en 2003, avec qui j’entreprends un profond travail de transformation, me fait prendre conscience que l’enfant que j’ai été existe toujours quelque-part à l’intérieur de moi et comment il a une incidence sur ma vie extérieure et dans mon interaction avec les enfants. Ce travail m’incite à porter une attention bienveillante à mon propre enfant intérieur. Mon métier devient alors source de recherche et d’évolution. En apprenant à mieux me connaître, j’apprends à mieux comprendre les enfants, à mieux pourvoir les accompagner.

 

Pour pouvoir transmettre plus largement et aider les personnes qui sont en difficulté dans leur rôle « d’éducateur » je me forme à la relation d’aide selon la méthode du Troisième Pôle et deviens accompagnante en 2011.

 

Je propose actuellement un accompagnement en individuel et en groupes, en ligne ou en présentiel ainsi que des soins énergétiques.

 

J’anime un groupe de travail sur soi:

Un jeudi sur deux (en ligne) de 19h à 22h - avec Jean-Michel Lambot et Pascale Pendville, accompagnants - prochaine date le 18 juin

 

Je démarre prochainement un nouveau groupe avec Dominique Durieux, accompagnante - stagiaire

Un mercredi sur deux ( en ligne) de 19h à 22h.

 

Si vous vous retrouvez dans mon histoire, si vous avez envie de renouer avec votre enfant intérieur,... Je serai heureuse de vous accompagner sur ce beau chemin de retour vers votre Soi divin. 

 

Contacter Fabienne: fabiennependville@troisiemepole.be

+32 477 50 24 31

Pascale PENDVILLE

 

 

Enfant, j'aime jouer de la musique, créer, dessiner, imaginer, transformer la matière… je suis "l'artiste de la famille". 

 

C'est donc tout naturellement que je me tourne vers des études artistiques.

 

Diplôme en main, je suis engagée en 1984 par une agence de publicité renommée. Période enrichissante pendant laquelle j'acquiers de nouvelles compétences. Mais petit à petit, je sens que ma créativité bloque, je suis en panne d'inspiration. Jusqu'au jour où l'annonce d'un cours de céramique attire mon attention. 

 

Je m'y m’inscris et là, c'est la révélation ! Je me découvre une passion sans limite pour l'argile et pour les figurines qui sortent spontanément de mes mains. Constater qu'elles suscitent autant de passion et d'enthousiasme chez les autres, m'encourage à les exposer. 

 

A partir de là, une nouvelle porte s'ouvre. En 2000, je rencontre Marianne Hubert avec qui j'entame un profond chemin de transformation de soi. 

 

Le travail avec l'enfant intérieur m'aide à comprendre le conflit qui se joue à l'intérieur de moi : bien que je mette tout en œuvre pour faire fructifier mes talents et les transmettre, je n'en ai pas le retour attendu. Je comprends alors qu'un enfant en moi s'en sert pour obtenir une satisfaction qu'il n'a pas reçue dans le passé. 

 

En devenant le bon parent de mon enfant intérieur, je libère peu à peu mes talents. 

 

Aujourd'hui, j'ai la chance et le privilège de pouvoir mettre mon talent d'illustratrice à disposition de cet extraordinaire chemin de transformation qu'est le Troisième Pôle.

 

Infiniment reconnaissante pour tout ce que ce chemin apporte de positif dans ma vie, j'ai à cœur de transmettre les outils qui ont permis ce travail d'excavation.

 

Formée par Marianne Hubert, j'aide les personnes, les artistes en particulier, à se libérer de leur auto-sabotage, à reconnaître et libérer le talent qui leur a été confié.

 

J'accompagne les personnes en individuel (en présentiel ou en ligne). 

 

J'anime un groupe de travail sur soi en ligne un jeudi sur deux de 19h à 22h avec Jean Michel Lambot, Fabienne Pendville et Arlette Kempen (accompagnante stagiaire).

 

Je démarre très prochainement un groupe de travail sur soi un mardi sur deux de 19h30 à 22h30 avec Arlette Kempen.

 

Je donne également des soins énergétiques.

 

N'hésitez pas à me contacter, je me ferai un plaisir de vous introduire à ce chemin de transformation unique au monde.

 

Contacter Pascale: pascalependville@troisiemepole.be

+32 477 94 02 80

Lucette AGRIPPA

 

Guadeloupéenne, Lucette Agrippa, fait des études de langues puis s’installe en Belgique. Tout en travaillant dans l’hôtellerie, elle reprend des études en ressources humaines avec le désir de suivre son appel : aider et conseiller les autres.

 

En rencontrant Marianne Hubert, femme 100% naturelle qui laisse parler son cœur, elle découvre son enseignement qui prône l’indépendance, la vérité et l’amour. Lucette a trouvé sa voie : elle s’engage dans la formation et fait partie du cercle de pionniers qui appliquent concrètement les enseignements. Son chemin l’amène à travailler le racisme, la maternité, la relation de couple, la féminité et l’argent, avec des résultats convaincants.

 

Diplômée depuis 2011, elle propose un accompagnement en individuel et anime des groupes de travail sur soi.

 

Contacter Lucette : lucetteagrippa@troisiemeole.be

Les accompagnants ont intégré le mode d’emploi dans leur propre vie. Ils sont formés à la relation d’aide selon la méthode du Troisième Pôle.

 

Ils vous accompagnent sur votre chemin en vous offrant un lieu privilégié d’écoute et vous aident à découvrir ce qui est prêt à se transformer en vous.

 

Lucette AGRIPPA

 

Guadeloupéenne, Lucette Agrippa, fait des études de langues puis s’installe en Belgique. Tout en travaillant dans l’hôtellerie, elle reprend des études en ressources humaines avec le désir de suivre son appel : aider et conseiller les autres.

 

En rencontrant Marianne Hubert, femme 100% naturelle qui laisse parler son cœur, elle découvre son enseignement qui prône l’indépendance, la vérité et l’amour. Lucette a trouvé sa voie : elle s’engage dans la formation et fait partie du cercle de pionniers qui appliquent concrètement les enseignements. Son chemin l’amène à travailler le racisme, la maternité, la relation de couple, la féminité et l’argent, avec des résultats convaincants.

 

Diplômée depuis 2011, elle propose un accompagnement en individuel et anime des groupes de travail sur soi.

 

Contacter Lucette  lucetteagrippa@troisiemepole.be

Dominique Durieux

Accompagnante - stagiaire

Arlette KEMPEN

J'ai 10 ans et un tee-shirt rouge...

 

Depuis mon enfance, j'ai perdu ma grand-mère, mon oncle, mon frère, mes amies, ... 

 

Et je n'y comprends rien, vais-je les revoir, où sont-ils? A quoi sert la vie, la souffrance, la maladie, le suicide, la perte d'un proche ou d'un enfant? Qu'est ce que je fais avec mes larmes, ma colère, mon sentiment d'injustice et ce vide de ne plus les voir?

 

Pourquoi à 10 ans la disparition de mon frère, avec lequel j'ai tant de complicité, a à nouveau boulversé ma vie? Je me sens seule, coupable, incomprise, en rage, profondément triste et désespérée.

 

Sur le tee-shirt rouge que je mets le jour de son enterrement, j'aurai pu y imprimer ces mots : "Je ne sais pas, je ne comprends pas : JE suis en danger de MORT"

 

Durant des années, lorsque je n'étais pas au courant de la moindre information, je me sentais en danger. Ma manière de tenir le coup était l'attaque (jugement, critique, accusation, rébellion, obstination) ou l'enfermement sous ma carapace en me retirant du lien à l'autre (bouderie, isolement, rupture, honte, culpabilité).

 

La rencontre de Marianne Hubert a changé ma vie.

 

Maintenant je comprends tout et je peux vous montrer ce chemin qui m'a permis de retrouver ma liberté, de dénouer ces noeuds qui emprisonnaient mon énergie vitale et de renouer avec cette petite fille qui n'y comprenait rien.

 

J'ai l'honneur à mon tour de pouvoir partager avec vous cette méthode en vous accompagnant en individuel et en co-animant des groupes.

 

Contacter Arlette : arlettekempen@troisiemepole.be

Tél: +32 493 31 04 50

Françoise DELSTANCHE

  

Je suis originaire du Rwanda et j’arrive en Belgique à l’âge de 10 ans, avec mes parents adoptifs.

 

Depuis toute petite je souffre de migraine. Ces migraines me terrassaient, je devais rester dans le noir, couchée, calculer mes jours de congé au travail pour « supporter ce mal » ; j’étais handicapée  en fait.

 

La douleur et les émotions, l’humiliation que j’avais vécu...  Je ne pouvais pas l’exprimer et surtout pas ressentir, pas le temps, il faut survivre !

 

Chez nous en Afrique, l’accent n’est pas du tout mis sur l’expression de ce que l’on ressent, de ce fait mon corps prenait le relais et j’utilise mes cartes : rester sage, convenir, servir les anciens ou le plus vieux que soi. 

 

En quittant le Rwanda, dans mes émotions, mon cœur est déchiré, je quitte ma terre, mes amis, ma  maison. Je sentais que je devais rester redevable à cette terre-là, à mes parents décédés.  J’ai peur, comment c’est ce nouveau pays, est-ce que j’aurai des amis, est-ce que ma nouvelle famille m’aimera, et ma nouvelle école, elle sera comment et est-ce qu’on va trouver une maison et mon nouveau papa est-ce qu’il va trouver du travail ?

 

Dans ma nouvelle famille, je suis aimée, choyée, encouragée. 

 

J'ai de la gratitude d'avoir pu choisir ma nouvelle famille. Merci à vous, pour l’amour que j’ai reçu et que je reçois, pour ce que vous m'avez appris et donné, mon nouveau nid. 

 

J’opte pour un comportement de gentille petite, serviable, utile, aux aguêts à ce qui sent l’abandon, à l’odeur de «  je ne suis pas comme il faut », prouver que je suis meilleure que l’africain ou meilleure que l’européen…

 

Lancée dans la vie active, cela n’a pas été de tout repos pour trouver un appartement à louer.  Je ressentais l’humiliation de  devoir me justifier, parce que voyez-vous Madame, on ne loue pas aux africains, « ils viennent avec toute leur famille » ; et avez-vous du travail ? quel est votre salaire ? j’avais de « bonnes cartes »… j’ai été adoptée par des blancs… je travaille dans un bureau d’avocats… mais la piqûre me faisait mal !

 

Le top a été « il faut vite retourner sur vos arbres, ramasser vos bananes » ; humiliation encore.

 

Avec la méthode du Troisième Pole, créée par Marianne Hubert, je  découvre  que tout est en moi, l’humiliation, la violence, la colère, la dévalorisation, le jugement... Tout est chez moi avant d’être «à cause des autres».

 

Je mets en pratique les outils, l’expression de mes émotions, la colère, la rage, la haine, la joie, le rire….. je laisse émerger ce qui est enfoui, ce qui fait aïe, ouille, ce qui fait mal. Les migraines finissent par disparaître.

 

Par moment je me pose la question, je suis qui moi en fait ? 

 

Plus tard, je me forme en tant qu’accompagnante, à cette méthode qui m’apporte d’énormes prises de conscience, de joie et de changements, ainsi qu’aux soins énergétiques.

 

Vous êtes comme moi, assis entre deux cultures, adopté, déraciné…. je suis heureuse de pouvoir partager avec vous ce que j’ai reçu et  je propose des séances d’accompagnement individuel ou de groupe (en présentiel ou en ligne). 

 

Contacter Françoise: francoise.delstanche@skynet.be

Tél: +32 479 65 81 63

Jean-Michel LAMBOT

 

En suivant d’abord mes aspirations sociales, je suis devenu travailleur social dans un CPAS, tout en poursuivant des études de droit jusqu’à devenir avocat et médiateur de dettes, un métier qui me permettait d’être au service de personnes fragilisées et meurtries.
 

Comment en étais-je arrivé là ? Quel lien avec mon passé ?

Pour un enfant, l’argent ne devrait pas être une souffrance et pourtant, il en était une pour moi avec ce paradoxe que je vivais dans un milieu aisé et privilégié et que jamais je n’ai manqué de quoi que ce soit.

 

Pourtant, revenir à la maison avec un pantalon déchiré était un drame pour moi ? Aucun reproche n’était exprimé, mais je voyais le visage de maman se contracter lorsqu’elle se mettait à calculer et à planifier telle ou telle dépense en disant « il te faudra un nouveau pantalon. On va mettre une pièce à celui-ci». J’aurais aimé ne jamais avoir besoin de pantalon pour ne pas vivre ce moment de détresse. Ce que j’aurais voulu ? « Sauver » maman et ne plus la voir ouvrir son porte-monnaie et compter ses sous.

 

Pour papa, l’argent devait se mériter. J’ai vite conclu que pour avoir de l’argent, il fallait faire beaucoup d’efforts, comme papa. Je ne pouvais pas gagner d’argent, mais je pouvais faire des efforts. Je voulais tellement que papa le reconnaisse et soit fier de moi comme j’étais fier de lui, mais je vivais l’échec le samedi en ramenant mon bulletin où il était écrit « manque d’efforts », « Fais un effort si tu veux réussir ». Au final, l’échec était au rendez-vous parce que, ce que je voulais le plus, c’était un papa qui me dise « je suis fier de toi, fier de tes efforts ». Mais il ne disait rien. L’échec a donc été un bon plan pour chercher à obtenir cette reconnaissance qui ne venait pas. Il y avait aussi cette croyance avalée goulument « chez les Lambot, l’important n’est pas l’argent, c’est le social. »

 

Mon métier de médiateur de dettes réveille à tout instant les émotions de mon enfance. J’ai cru pouvoir « sauver » toutes ces mamans en difficultés, qu’il suffisait que je redouble d’efforts et que je sois « au service.»

 

Je gagnais bien ma vie, mais je rencontrais l’échec, l’endettement, un huissier qui venait sonner à ma porte et me disait « Faites un effort ! » Je ressens encore la douleur humiliante et le découragement que j’éprouvais en refermant la porte après son départ. Mais cette fois, je vais y arriver !

 

En suivant la formation de Marianne et en devenant accompagnant selon sa méthode de transformation de soi, j’ai découvert que l’endettement que je vivais n’était pas une fatalité, mais le résultat de mes croyances limitantes. Ce n’est pas parce que j’avais une dette que j’avais envie de raser les murs, mais c’est parce que j’avais envie de raser les murs, de me sentir en échec, d’appeler à l’aide, de montrer que pour moi, c’est dur, qu’avoir des dettes avaient un sens. J’avais ainsi construit les barreaux à travers lesquels je regardais la réussite avec jalousie et envie. En faisant un pas en arrière dans l’observation de mes émotions, j’ai pu me rendre compte de ma création négative. Cette fois, je peux agir.

 

Une porte s’ouvre. Je peux retrouver ma puissance et reprendre le pouvoir sur ma vie ; ce qui est à l’intérieur de moi, je peux le changer.

 

Là se trouve notre véritable puissance, notre point de pouvoir à partir duquel nous pouvons tout créer.

 

Et vous, avez-vous aussi un moule étroit à propos de l’argent ?

 

Vous arrive-t-il d’avoir peur de manquer, de jongler pour garder votre situation en équilibre, pour boucler votre mois ? Le soir, dressez-vous le bilan des factures que vous maintenez en souffrance ou vous réjouissez-vous de celles que vous avez pu régler ?

 

Avez-vous envie d’aller un pas plus loin, de partager avec d’autres, de chercher à comprendre l’origine de vos difficultés financières ?

 

Je propose actuellement un accompagnement en individuel et en groupes, en ligne ou en présentiel au Centre Autre Porte.

J’anime un groupe de travail sur soi un jeudi sur deux (en ligne) de 19h à 22h - avec Fabienne et Pascale Pendville, accompagnants - prochaine date le 13 août 2020.

 

Un nouveau groupe de travail sur soi spécifiquement orienté sur la compréhension de nos difficultés financières est en préparation.

 

Contacter Jean-Michel: jmlambot@yahoo.fr

+32 472 73 35 74

 

Dominique DURIEUX

 

Infirmière, mère de 3 enfants, grand mère, mariée avec Jean Michel, j’accompagne des parents et leurs jeunes enfants, depuis la fin de mes études en 1981.

 

J’ai toujours été interpellée par ce qui se passe vraiment dans les relations enfants/parents/adultes.

 

Que veut dire cet enfant par son comportement ? Ses colères ? Ses ”caprices”? Pourquoi m’énerve t il? Ou me rend il  triste ou désemparée? Comment remplir son besoin de sécurité sans l’étouffer? Comment être un adulte solide et aimant en face de lui? Pourquoi suis je en rivalité avec ce plus jeune que j’aime et que je déteste par moment ?

 

J’ai découvert grâce à Marianne et à sa méthode, que toutes ces émotions d’irritations, de jalousie, de haine, de colère etc….ont le droit d’exister.

 

Reconnues et mises en lien avec le passé, Il n’est plus nécessaire de passer à l’acte et de se venger, d’humilier, de blesser l’autre.

L’amour et la complicité peuvent de nouveau être présents.

Accepter ses défauts (pas si facile…) permet d’accepter les failles de l’autre.

 

Fabienne Pendville et moi, accompagnante stagiaire, démarrons prochainement un groupe de travail sur soi en ligne, un mercredi sur deux, de 19 à 22 h. 

Contacter Dominique : d.durieux@hotmail.com

Tél: +32 471 90 15 15