RENCONTRE AVEC LE GUIDE DU LUNDI DE PÂQUES 

 

                                                                                                                                                                Marianne Hubert

 

                                                                 Message du Guide du lundi de Pâques

 

                                                                        Autre Eglise, le 13 avril 2020

 

Je vous salue, mes chers amis, je suis le Guide et c'est avec plaisir,  enthousiasme et gratitude que je vous accueille dans cet espace, cet espace où nous nous retrouvons chaque nuit au moment où vous quittez votre corps physique.

 

L'illusion de la mort est encore largement en vigueur sur votre plan terrestre et tous autant que vous êtes, vous faites encore cette distinction entre la vie et la mort. Il n'y en a aucune. C'est seulement que vous avez donné une intention à votre conscience ; cette intention relève d’une hallucination collective et c'est là que vous ne voyez que ce que vous avez auparavant décidé de voir. Le jour de votre décès, vous vous retrouverez dans un monde tellement familier, tellement connu et vous regretterez d'avoir un jour pu craindre la mort qui est en fait la vie.

 

Donc, cet espace dans lequel nous nous trouvons tous est bien connu de vous tous, pas uniquement lorsque nous nous retrouvons lors de ces rencontres, pas uniquement pendant vos heures de sommeil et pas uniquement au-delà de la mort qui vous effraie. Tous les mondes coexistent et c’est uniquement votre perspective qui est limitée ; cette perspective d'une intention, mes chers amis, et vous pouvez donc donner désormais l'intention d'être conscients d’autres modes de fonctionnement. Dans cet espace qui a l'air d'être vide de participants physiques, plusieurs dimensions se chevauchent et se superposent. Chaque dimension est présente dans cet espace et chaque hallucination collective est en vigueur auprès de ses adhérents. Admettons que dans cet espace physique, il y ait une cinquantaine de dimensions simultanément et pourtant chacun sera dans l'illusion d'être seul dans cet espace. Le moment est venu de donner une intention contraire, celle de devenir conscient de tous les mondes. 

C’est votre vie émotionnelle qui va décider du monde dans lequel vous vivez à tout instant, mais au-delà de cela, il est possible d'expérimenter plusieurs niveaux d'existence. Cet espace virtuel est réel, comme cet espace physique est réel, et malheureusement, pour le moment, ce dernier ne sert pas. 

 

Tant de transformations sont possibles dans cet espace physique, ce centre Autre Porte qui a été créé justement à cet effet. Vous aviez auparavant la liberté de vous rendre dans cet espace et en prenant cette décision, vous pouvez, vous avez pu et vous pourriez -- ceux qui n’y sont pas allés -- bénéficier du vortex énergétique qui s'y trouve et qui est comme un accélérateur de particules, un accélérateur des parties de vous qui veulent rejoindre leur état d'origine par un processus de purification. 

 

Le son met également à disposition un espace et je m'adresse ainsi à tous ceux qui sont attirés par le son. Je m'adresse aux musiciens, aux danseurs, aux chanteurs, car il y en a parmi vous et je leur souhaite la bienvenue. L'évolution de l'être humain, la capacité de l'être humain à choisir sa destinée, passe également par ces espaces. Tellement peu de recherches sont faites au sujet de l'impact du son et l'humanité est désormais prête à expérimenter de par son identité véritable, c’est-à-dire son état spirituel et non matériel, l'impact du son. Et c'est pour cela que la combinaison du son, du vortex énergétique et des concepts spirituels que j'ai le privilège de mettre à votre disposition est tout à fait bénéfique dès que cela sera possible. Je vous invite participer aux stages qui sont organisés.

 

Chacun d’entre vous se trouve maintenant dans cette position de confinement et j'aimerais bien que nous retrouvions le sens de ce mot ensemble. Que signifie le fait d'être confiné ? Avez-vous le souvenir de l’impact du confinement quand vous étiez petits, lorsqu’il vous était imposé ? Car vous avez été confinés, vos parents, vos éducateurs vous ont privés de liberté à un moment donné pour que vous puissiez réfléchir à vos actes. 

Le confinement intervient quand il est nécessaire de se tourner vers l'intérieur de soi. Vous êtes privés de liberté par une intervention divine. L'origine de tout ce qui existe sur terre comme dans tous les règnes est spirituelle et donc divine. Aucun être humain n'est capable d'agir seul. Rien de ce qui existe sur ce plan terrestre n'a été inventé par un être humain. C'est comme si vous disiez : « mon pyjama a décidé que c'est l'heure pour moi d'aller me coucher ». J'insiste sur l'origine spirituelle de tout ce qui existe. Ainsi, pour votre corps physique, le pyjama est un emballage et votre corps physique est pour l'être spirituel que vous êtes, un simple emballage. 

 

Il est donc important d'intégrer cette notion, vous l'avez toutes et tous, la notion de l'existence spirituelle avant l’existence matérielle, mais de temps en temps, ou plutôt la plupart du temps, vous vous déconnectez délibérément de cette vision. C'est ainsi que vous morcelez vos différents niveaux de conscience, vous n’êtes pas curieux de tout ce qui se cache derrière ce qui est apparent. Et c'est bien pour cela que vous êtes maintenant confinés ; vous êtes invités à agir à partir de l'intérieur, plutôt que de réagir à partir de l'extérieur, car bien entendu tout ce que vous expérimentez dans votre vie, qu'elle soit individuelle ou collective, est le résultat de ce qui a été formulé auparavant intérieurement.

 

La période de confinement vous aide à vous poser les bonnes questions, à reprendre contact avec ce que vous vibrez réellement, car pour le moment, l'aliénation collective atteint son apogée. Il n'y avait pas d'autre choix que d’imposer aux enfants que vous décidez d'être, de rester dans leur chambre, comme quand vous étiez petits. Quel effet a sur vous la privation de liberté, de toutes vos libertés que vous prenez comme allant de soi ? 

 

La liberté va de pair avec la responsabilité et je vous ai expliqué la dernière fois que ce n'est pas la responsabilité d'agir moins négativement extérieurement, la vraie responsabilité --et c'est d'ailleurs le cadeau du libre arbitre -- est de devenir conscient de ce à partir de quoi vous agissez à chaque instant. 

Vous êtes donc invités à devenir conscients de ce que vous ressentez, car c'est avec ce que vous ressentez que vous créez les mondes, le monde à l'extérieur de vous, ce monde à l'extérieur de vous qui découle de votre monde intérieur. Une inversion doit avoir lieu d'urgence. 

 

Vos émotions, voilà qui vous êtes fondamentalement et comme je vous l'ai déjà dit la dernière fois, je vous ai mis en garde, vous qui êtes les chercheurs spirituels, vous qui êtes les guerriers de lumière, vous êtes fascinés par cette lumière et vous ne voulez pas redescendre dans les couches inférieures de qui vous êtes, là où votre vie émotionnelle vibre encore dans le manque, dans la soumission, dans la rébellion qui est essentiellement la même chose, le manque et l'avidité, le non accueil de qui vous êtes et le jugement de l'autre. 

 

Tout cela vit dans votre vie émotionnelle et je vous invite à redevenir conscient de cela et à cet effet, mon instrument a préparé une formation. Elle sera mise à votre disposition. Ce sont les cinq outils pour fonctionner à partir de l'intérieur de vous plutôt qu'en réagissant à l'extérieur de vous.

 

Je vous invite à devenir conscients des magnifiques énergies d'espoir et de renaissance, des énergies de résurrection qui sont là pour vous, en ce moment pascal, ce moment où vous êtes à nouveau invités à prendre contact avec votre vie éternelle qui est à l'origine de cette vie temporaire. Que vous soyez chrétiens ou non n'a pas d'importance, il est un fait que l'énergie christique s’est manifestée sur ce plan terrestre. Ce symbole existe dans votre psyché, ne lui résistez pas.

 

Prenez contact avec la croix, pourquoi une croix ? La dualité de la croix représente les deux directions contradictoires qui existent en vous. Comment portez-vous votre croix ? Quel est l'usage que vous en faites ? Votre croix est justement tout ce que vous formulez dans la dualité, c’est-à-dire dans la contradiction. Voilà le symbole. 

 

Si vous accordez un peu d'attention à votre vie intérieure, mes chers amis, vous verrez que vous êtes très souvent tiraillés entre deux directions, deux perspectives et c'est devenu une habitude de détourner le regard de cette dualité ou de pousser contre un élément de la dualité pour favoriser l'autre, les extrêmes et les opposés, cela ne peut avoir de résultat positif. Comme je l'ai expliqué dans mon précédent message, à chaque fois que vous tentez de trouver une solution en constatant une dualité, vous la nourrissez, vous nourrissez la dualité alors qu'existe au fond de vous votre identité véritable, votre Soi divin, la partie de vous qui est tellement plus grande que ce pyjama de corps terrestre avec lequel vous vous identifiez volontiers et que vous mettez délibérément en échec, tout simplement parce que vous refusez de voir votre propre croix. 

 

Vous avez une résistance à voir que les situations négatives de votre vie vous appartiennent, que vous avez été le seul, véritablement le seul, à créer votre vie. C'est ainsi qu'intérieurement ou parfois même extérieurement encore, vous vous adressez au ciel en disant : si Dieu existait, il ne pourrait pas permettre toute cette souffrance. La vérité est que vous vous débrouillez très bien tout seuls, n'est-ce pas ? Et s’il y a des situations innommables qui existent, des souffrances innommables j'entends, à l'autre bout du monde et dont vous choisissez de détourner le regard, c'est bien parce que vous ne regardez pas le champ de bataille qui existe dans votre propre cœur, là où vous avez une direction émotionnelle et une direction émotionnelle opposée. 

 

Enterrer cette croix ne sera jamais bénéfique. Dans votre conscience infantile, les enfants qui vivent encore au fond de vous pensent que la responsabilité est une charge et une lourdeur. Bien entendu, l'enfant blessé qui vit encore en vous ne pourrait voir autrement la vie, car un jour vous avez réellement été livrés à la cruauté du monde, aux défauts de vos parents, de vos éducateurs, cette cruauté provoquée en eux également par les cruautés qu'ils ont eux-mêmes subies. Pensez-vous que tout cela puisse être sans impact ? Simplement, voilà, il y a de la cruauté et puis je me débrouille ? 

 

Non, tout, absolument tout a son origine divine n'est-ce pas, y compris les pires des choses, comme ce virus. Tout dépend de l'usage que vous allez en faire. C'est là que vous avez une responsabilité et la responsabilité, mes chers amis, est en fait une grande liberté. Vous avez le libre arbitre d'observer les deux branches de votre croix, d'accepter, de reconnaître. D'admettre et d'accepter que c'est ainsi, et d'accepter qu'aujourd'hui vous ne pouvez pas changer les choses. Mais c'est dans cette observation que vous ferez de la place pour cette présence éternelle et rassurante de votre Soi divin qui n'a jamais été dans la dualité et qui possède toutes les réponses à toutes les questions. 

 

La discipline spirituelle que je vous recommande ne vous prendra que trente minutes chaque jour. Ces trente minutes sont votre glaive de lumière, celui par lequel vous pouvez commencer à changer le monde, car vous ne pouvez en aucun cas changer quoi que ce soit dans le monde extérieur, à moins de changer et d'harmoniser les choses dans votre vie intérieure. C'est là que se déroule la véritable guerre en faveur de la lumière, la lumière que vous voulez tous. Votre plus belle lumière se trouve dans votre obscurité la plus profonde.

 

Je vais me retirer quelques instants pour permettre à mon instrument de se désaltérer.

 ------

Je suis de retour parmi vous et je vous écoute.

 

 QUESTION J’aimerais savoir si j’ai enlevé les liens négatifs avec maman ou si je peux l’aider d’une certaine manière?

 

REPONSE : Ma chère amie, voilà que ta maman a rejoint son foyer d'origine. La manière dont tu formules ta question te ferait croire qu'il y aurait un quelconque compte à régler entre les personnes, et je t'invite et je vous invite tous à changer d'avis sur cette manière de voir les choses. Ce qu'il y a eu de négatif faisait partie d'un contrat, le contrat que vous avez exécuté chacune à sa manière avec fidélité et loyauté. C'est ainsi que les évènements négatifs ne sont là que dans un but d'apprentissage, un apprentissage pour les deux personnes concernées. 

 

Vous êtes confrontés à ce qui est sombre en vous par le fait de souffrir dans votre enfance. Comment ? Et bien tout simplement parce qu'à partir de la blessure, vous allez formuler votre défense. C'est votre défense qui est le téléchargement et c’est ce qui doit être traité. 

 

Pour répondre à cette question, je t'invite à voir quelles ont été les blessures qui ont été infligées au moment de ton enfance et comment tu t'es défendue contre cette souffrance. Si tu observes la manière dont tu te défends encore, et bien, tu sauras que ce lien négatif n'est pas encore transformé, mais il n'y a pas d'urgence. Ce n'est pas soit c'est fait, soit ce n'est pas fait ; comme je l'ai expliqué au début de mon message, la vie est éternelle et continue, il n'y a que vous pour y voir une quelconque rupture, il n'y a aucune rupture et vous vous êtes déjà serrées dans les bras mille fois depuis le départ de ta mère. Voilà la réalité. Pour ta figure maternelle, il y a une véritable célébration d'avoir perdu le poids de ce pyjama.

 

Réjouis-toi avec elle et accepte la souffrance de ne plus pouvoir bénéficier de son contact physique. C'est un petit élément en toi qui a été privé de ce contact, peut-être qu'une partie de toi se sent privée de ce contact, mais neuf cent nonante neuf autres parties de toi sont tout à fait là, en présence de ta maman, de son essence véritable. 

 

Il serait dommage de formuler de la culpabilité, elle ne sert à rien. Ne te sens coupable en aucun cas, n’aie jamais honte. Voilà véritablement des émotions inutiles. Par contre, si tu confrontes ce sentiment de culpabilité et ce sentiment de honte, tu pourras passer à travers et retrouver le fil de l'enfant qui a souffert. La seule honte et la seule culpabilité, qui est d'ailleurs à l'origine de cette crise mondiale actuellement, est celle de ne pas faire le meilleur usage de toutes les opportunités que les éléments négatifs vous offrent pour transformer en votre lumière d'origine ce qui est momentanément gelé. Voilà la véritable culpabilité, celle qui mérite d'exister.

 

Choisis clairement ta direction maintenant, qui ne doit jamais être d'éviter ce qui est négatif en toi. Je t’invite plutôt à embarquer les multiples petits enfants dont tu serais la mère, tu les laisserais tous vivre auprès de toi, tu les accepterais, tu les aimerais comme ils sont pour le moment et il se pourrait bien que tu envoies quelques-uns de ces petits enfants dans leur chambre pour qu'ils réfléchissent, mais en aucun cas tu ne dois les nier ou les rejeter ou leur refuser ton accueil et ton amour, ta compréhension et ton empathie. 

Voilà comment entamer ta source divine, aucun jugement n'est nécessaire, c'est dans l'acceptation de ce qui existe que tu peux extraire la vibration pure, lumineuse, intense et intensément bonne de ton Soi divin, voilà pour toi.

 

QUESTION : J’aurais aimé savoir si mon enfant intérieur a finalement bien été retrouvé et guéri ou si je devais encore expérimenter un domaine particulier pour le rassurer définitivement. Un tout grand merci pour votre guidance.

 

REPONSE : Mon cher ami, la réponse se trouve au fond de ton cœur. Malheureusement, je ne peux pas répondre positivement à cette demande, pourquoi ? La réponse que tu espères serait effectivement que tout serait terminé, que tout est bon maintenant. Tu n'as pas encore compris que justement ton ordre de mission de l’incarnation se trouve dans ton enfance et qu'il y a encore et encore à y retourner, car c'est ça la vie justement, c'est là que se trouve le potentiel de transformation. 

 

Il ne faut pas voir l'évolution spirituelle comme une échelle avec une première étape, et une deuxième étape et une troisième étape dans l'espoir d'un jour atteindre la perfection. La perfection se trouve déjà dans le voyage qui est la traversée des différentes étapes. Quand vous voyagez, c’est ainsi ; vous êtes curieux de la destination, certes, mais vous prenez plaisir à chaque étape. C'est l'anticipation qui vous pousse et qui vous motive, mais l'anticipation n'a pas vraiment sa place ici sur terre puisque vous avez déjà instantanément accès à la destination à chaque pas de votre voyage.

 

Permets-moi de l'expliquer de manière plus concrète : à chaque fois qu'une émotion négative est activée, je t'invite à consulter l'enfant qui vit en toi, c’est-à-dire pose-toi la question : « quand est ce que j'ai déjà ressenti cette émotion ? »

 

Que ce soit une émotion de l’enfance n’a pas d’importance car toutes tes émotions négatives ont un lien avec ton enfance. Il s’agit des émotions de l’enfant dépendant d'une source à l'extérieur de lui pour recevoir quelque chose dont il avait fondamentalement besoin et qui souvent faisait défaut. 

Aujourd'hui, c'est toi le parent, le bon parent de ton enfant intérieur et quand quelque chose est ressenti par l'enfant, c'est le moment d'être son bon parent et de le lui donner. C'est ainsi que tu vas puiser à ta source divine, autant de fois que nécessaire.

 

Mes chers amis, je m'adresse à vous en tant que communauté, n'ayez pas l'espoir d'un jour ne plus vivre d’émotions négatives, car vous passeriez à côté de toute une série de richesses. C'est dans votre émotion négative que vous pouvez vous frotter les mains, car c'est là que se trouve encore un trésor, donc allez-y, ressentez les émotions négatives, rassurez l'enfant dans sa blessure, mais devenez conscients de votre défense. Comment faites-vous pour avoir moins mal ? Comment avez-vous fait pour avoir moins mal quand vous étiez petits ? Quelle est votre défense là où auparavant il y avait une blessure ? 

 

C'est grâce à la blessure que vous pouvez prendre contact avec votre défense. Le téléchargement de ce que vous êtes venus transformer sur terre se trouve dans la blessure : j'ai eu mal et pour avoir moins mal, j'ai formulé une solution. 

 

Quelle a été ta solution, comment est-elle encore en vigueur aujourd'hui ? Tant de potentiel se trouve là. Le perfectionnisme est une garantie du malheur. Donc, il n'y a pas d'état figé, tu es un être humain, tu es donc un être divin. Cet être divin ne saurait jamais être statique. De multiples émotions seront là chaque jour. A toi de voir quel est l'usage que tu souhaites en faire, c'est une danse. Si tu acceptes la danse avec les parties en toi qui sont encore en détresse, tu seras tellement plus complet, et tellement plus humain. C'est au fond de ton humanité que se trouve la perfection véritable, le divin que tu as toujours été, que tu seras toujours et qui contient tout ce qui est désirable pour ta propre vie, mais aussi pour cette planète, voilà pour toi.

 

QUESTIONLe chemin du retour vers soi laisse parfois entrevoir la peur distordue de craindre la lumière. Comment ne pas essayer de contenir cela, de simplement laisser passer. Peut-on parler de cela ? Merci.

 

REPONSE : La partie de toi qui refuse la lumière, qui a peur est la partie de toi qui pense ne pas la mériter. Il est donc bel et bien question d'un enfant qui cherche quelque chose en rapport avec l'extérieur, comme s’il y avait là-haut quelqu'un qui pourrait te dire « maintenant tu le mérites, maintenant tu ne le mérites pas. » Cette personne que tu cherches quelque part là-haut, est au fond de toi, bien entendu, c'est toi le dieu, c'est toi qui décides si tu mérites la lumière, si tu mérites l'évolution ou si tu vas te la refuser. 

 

Sache ma chère, que c'est un enfant qui veut t'empêcher d'aller vers la lumière, qui formule cette peur. C'est la version sombre de l'enfant, bien entendu, qui veut exercer sur le monde un contrôle par le fait de se refuser ce qui est positif. La vérité, c'est que vous méritez l'amour tel que vous êtes, la vérité est que vous êtes tendrement aimés par vous, par une partie de vous, par tous les êtres de lumière qui vous entourent à chaque instant, vous êtes tendrement aimés, même par votre pire ennemi, mais vous êtes tellement fascinés par votre création négative que vous préférez jouer aux ennemis, aux cowboys et aux indiens, n'est-ce pas ? Tout cela est tellement illusoire, il n'y a aucune différence entre les êtres humains.

          

Le moment est venu de vous tourner vers votre véritable ressenti émotionnel, donc merci d'avoir eu le courage de poser cette question. J'espère que tu entendras la réponse. Il y a des galaxies au fond de toi qui peuvent encore être explorées. Une telle richesse, une telle profusion de tout ce qui est en vie vit là au fond de toi, mais tu t'es conditionnée à ne regarder qu'à travers les yeux de l'enfant qui attend une récompense et qui a trouvé comme solution de se refuser cette récompense. Comment pourrais-tu ne pas avoir peur avec cette vision étriquée ? Je t'encourage à aller beaucoup plus loin encore sur la découverte de tout ce qui est vrai à ton sujet. Le véritable voyage se fait à l'intérieur de soi, voilà pour toi.

 

Je vous écoute.

 

QUESTION : Comment retrouver l’amour de Dieu alors que j’ai une immense colère, que ma vie est un échec cuisant sur tout ce qui est important et essentiel pour moi depuis toujours : réussite dans le travail, famille, amour, déception de l’enfant. Comment sortir des conflits avec les gens alors que je m’aplatis pour éviter conflits et rupture ? Comment trouver équilibre et sécurité alors que je vis depuis toujours l’instabilité et l’insécurité à tous les niveaux ?

 

REPONSE : Ma chère amie, te voilà identifiée avec une moitié de l'histoire et je voudrais t'ouvrir à l'autre moitié de l'histoire, cette autre moitié où tu as été puissante à te créer cette vie-là. Voilà le véritable pas qui est à faire et tu peux le faire, une telle puissance est là, au fond de toi. Pour le moment, tu es fascinée par l'histoire extérieure. Imagine si tu devais laisser tomber le voile de la non responsabilité, si tu voyais la perfection dans laquelle tu as créé chaque élément que tu nommes ? Et quel est l'usage que tu en fais, qu’est-ce qui est manifeste, mais quelle a été l'intention ? 

 

Tu connais le manifeste et tu as perdu le contact avec l’intention. As-tu une idée, avez-vous tous une idée de la quantité d'énergie qui est contenue dans chacune de vos créations négatives, car je le répète, personne d'autre que vous n'a créé sa réalité ? 

 

Va retrouver l'enfant qui souhaite se venger en se créant ainsi des conditions de vie négatives. Quelle puissance dans ce désir de vengeance ; bravo pour cette création. As-tu envie que cela change ? 

 

Alors je t'invite à prendre contact avec les parties de toi qui sont en souffrance avant que tu ne formules ce désir de te venger. Le seul travail qui est à faire est évidemment à l'intérieur de vous. Moi je peux témoigner verbalement et énergétiquement de votre création, mais cela vous ferait une belle jambe, n'est-ce pas ? 

 

Je vous invite, chacun d'entre vous, à retrouver la grâce de cette création. Prenez la responsabilité en retrouvant les blessures et en voyant comment vous vous défendez contre cette blessure, trente minutes chaque jour suffisent pour retrouver cette trace.

 

Pour le moment, il est encore temps de voir le plaisir négatif qui est ressenti dans votre création négative. Si l'être humain ne change pas réellement le cours de son existence, c'est souvent parce qu’en tant qu'enfant, il a accroché son principe de plaisir à une situation négative. Permettez-moi d'expliquer cela plus avant. Bien entendu que l'enfant, quand il vient sur terre en ayant le souvenir de son contact avec la perfection de l'autre côté du voile, tombe un peu dans une déception puisque ce qu'il a connu n'est plus là. Bien entendu, il a oublié que c'est lui qui a programmé les conditions de son incarnation et il est donc déçu, car l'enfant a une capacité immense de jouissance. 

 

Vous avez tous encore cette capacité de jouir, mais vous l'avez mise au placard en quelque sorte parce que vous avez une histoire à raconter, vous êtes tombés amoureux de votre histoire, vous êtes fascinés par l'histoire. Retrouvez maintenant cette capacité de jouissance, mais imaginez que l'enfant qui a besoin de tout le plaisir et qui voit que le plaisir n’est disponible que dans une toute petite quantité trouve une solution et sa solution est de trouver du plaisir dans une situation négative, car sans plaisir, on ne peut guère vivre. Le plaisir est un principe absolu. 

 

Voyez ce plaisir négatif et prenez-en la responsabilité, car vous l'obtenez et tant que vous obtenez le plaisir de manière négative, vous ne pouvez l'expérimenter de manière positive. Tout cela se passe là, dans votre vie émotionnelle. Certes, c'est inconscient pour le moment, mais vous pouvez en devenir conscients avec votre petite discipline de trente minutes par jour. 

 

Le plaisir négatif est bien maigre, bien entendu, comparé au plaisir positif que vous pourriez vivre, celui de créer votre vie sur base du divin qui vit en vous. Mais avant de pouvoir ce faire, vous devez prendre la responsabilité du plaisir que vous prenez et reconnaître qu'effectivement en vous plaçant ainsi comme une victime de la vie, vous éprouvez du plaisir. Observez ce plaisir, reconnaissez ce plaisir, et bien vite vous comprendrez que ce n'est pas à votre honneur, que ce n'est pas à votre avantage et petit à petit le plaisir positif deviendra disponible. Je t'invite, ma chère amie, à accorder de l'attention à ce que tu formules intérieurement. Voilà pour toi.

 

Je me retire quelques instants pour permettre le repos de mon instrument.

------

Je suis à nouveau parmi vous et je suis à l’écoute de votre prochaine question.

 

QUESTION : Je voudrais connaître le prochain pas pour moi.

 

REPONSE : Le prochain pas, ma chère, se trouve dans le fil rouge de ton Soi divin et ce fil rouge de ton Soi divin est caché, comme pour tous les autres humains, dans les émotions négatives, la prise de conscience de ce qu'elles signifient, l'analyse et le décodage, que suis-je en train de formuler là ? Il n'y a pas un autre mode d'emploi, quelle que soit la promesse qui vous est faite par certaines personnes. En aucun cas je ne peux répondre à cette question. Ce serait t'enlever ton libre arbitre que de répondre à cette question et cela ne m'est pas permis.

 

Le fil rouge doit être suivi chaque jour, la curiosité de savoir dans cet espace gelé, si je le fais fondre, quel est le poisson qui est contenu dedans ? C'est ainsi que j’aimerais vous demander de devenir conscients de cette petite histoire que je vais vous raconter, de devenir conscients de comment elle joue dans votre vie personnelle. 

 

Et ici, je fais un petit clin d'œil à mon amie Pascale dont j'espère une illustration. Imaginez que vous êtes là, assis sur un lac gelé, il fait froid, mais vous êtes bien équipés, vous êtes bien emmitouflés. Imaginez un Inuit sur la glace. Il a découpé un rond dans la glace et le voilà avec sa canne à pêche, il voit des formes bouger en dessous de ses pieds, vaguement, car la glace est épaisse. Il ne sait pas quel poisson va mordre à son hameçon, mais il fait confiance, car il a faim, il veut se nourrir et veut nourrir sa famille.

 

C'est ainsi que je vous invite à être de puissants observateurs du trou dans la glace, du rond que vous avez découpé dans la glace, la glace ici représente votre subconscient, le rond représente l'observation de votre vie émotionnelle. 

 

Un seul poisson à la fois peut remonter d'en-dessous de la glace. Faites confiance que ce poisson suffira à vous nourrir. Vous n'avez pas besoin d'en pêcher dix. Dans un premier temps, un seul poisson. 

 

C'est en écrivant dans votre journal des émotions, en faisant la comptabilité de votre vie émotionnelle que vous verrez qu'une émotion se représente souvent. Cette émotion doit être observée, vous devez voir ce poisson comme étant celui que vous avez péché, et vous devez faire confiance qu'il n'est pas là par hasard, que c'est celui-là que vous devrez manger. Si c'est une sardine et que vous auriez préféré pêcher une sole, et bien je vous invite à rassurer votre enfant sur sa déception, de lui dire, ce n'est pas grave, aujourd’hui, on mangera de la sardine et peut-être que demain il y aura une sole. Voilà l'humilité que je vous invite à utiliser, l'humilité de vous ouvrir à ce que la vie vous montre, à ce que la vie qui jaillit du fond de vos profondeurs vous montre aujourd'hui ; cette petite sardine qui contient la possibilité d'avoir le lendemain la sole que vous aimeriez manger. Ne détournez pas votre regard de la sardine, la clé se trouve en elle.

 

Par la suite, mes chers amis, vous pourrez faire un bon usage de cet espace d'observation, car celui qui observe est déjà le Soi divin. Et c'est ainsi qu'en observant la sardine, vous pouvez formuler l'autre extrême, aujourd’hui il y a une sardine, je suis mécontent de cette sardine, quel est l'autre extrême que je formule ? Si vous faites cela, si vous faites une place pour les deux extrêmes, pour l'opposé qui est en face de l'opposé que vous considérez aujourd’hui dans votre vie émotionnelle, vous verrez que votre trou s'agrandira, tout simplement parce que si vous faites de l'espace pour la contradiction, c’est-à-dire si vous voyez les deux extrêmes d'une même contradiction, vous verrez que l'espace réduit s'agrandit, c'est comme si la lentille étroite saute à ce moment-là pour révéler une unité, pour révéler un espace supérieur à celui de la dualité. 

Mais en attendant, il est important d'accepter qu'il y a un extrême, par exemple indésirable aujourd’hui, face à un extrême désirable que je voudrais voir arriver demain. La vérité est que dans l'extrême indésirable, il y a une création de votre part, vous êtes responsable de ce que vous formulez, en aucun cas une personne à l'extérieur de vous, un évènement à l'extérieur de vous, aussi douloureux soit-il, n'a la capacité de générer une émotion chez vous. 

 

Prenez la responsabilité de cette émotion et vous comprendrez pourquoi vous avez besoin du confinement, pourquoi vous avez besoin d'un virus, pourquoi vous avez besoin d'un évènement négatif. Vous êtes en harmonie vibratoire avec cet évènement négatif, découvrez de quelle manière. Qu'est-ce que vous formulez de non divin, un concept négatif, par exemple ?

 

C'est vous qui l'avez créé, personne d'autre que vous, voilà la responsabilité pour les chercheurs de lumière, pour les guerriers de lumière dont tu fais très certainement partie.

 

Voilà pour toi, je vous écoute pour une prochaine question.

 

QUESTION : Je voudrais tout d’abord vous remercier pour cette opportunité de recevoir les enseignements spirituels qui m’aident beaucoup. Et je voulais demander comment je peux développer un groupe d’étude du Pathwork, ici dans ma ville en France. Pourriez-vous me guider ? J’ai déjà fait quelques rencontres, mais ce n’est pas encore très fort. 

 

Et si je peux faire un lien entre le travail de Marianne et le Brésil. J’ai de nombreux amis au Brésil qui s’intéressent aux nouveaux messages que vous lui donnez. Comment puis-je aider efficacement ?

 

REPONSE : Ma chère amie, tout d'abord sois grandement remerciée, et accepte que je pose devant tes pieds et devant les pieds de toutes les personnes qui font ce travail de traductions, de transmission des enseignements en d'autres langues un beau bouquet de fleurs. C'est un magnifique bouquet dont chaque pétale est un diamant. Ce bouquet, tu le verras dans tes rêves, tu le verras à chaque fois que tu quitteras ton corps physique pour retrouver ta perfection d'origine au moment de tes heures de sommeil. Dans les jours qui suivent, je t'invite à te visualiser entourée de ces fleurs faites de diamants ou pierres précieuses de toutes les couleurs, toutes celles qui te font plaisir en fait.

 

Ce qui manque pour le moment, ma chère amie, c'est la célébration de ton existence, tu ne te célèbres pas suffisamment et il y a à voir les conflits de l'enfance encore et je t'invite à rejoindre, bien sûr, la discipline spirituelle, mais au delà, la formation qui sera donnée par mon instrument pour vous mettre sur la bonne voie, pour le bon usage de ces outils. Reconnais-tu que tu ne te célèbres pas encore assez, que tu n'es pas assez fière de qui tu es ? Il est important que tu deviennes la bonne maman, la maman divine et parfaite et bienveillante de cette petite qui vit en toi. Trop souvent encore dans tes échanges avec les autres, tu te détournes des conflits pour la paix. 

 

Tu n'oses pas poser tes pieds lourdement, tu inhibes la possibilité de poser un acte symbolique en faveur de toi. Tout un travail découle de cette prise de contact avec la petite qui vit au fond de toi et qui ne se sent pas très importante. C'est dans la célébration de qui tu es véritablement, dans la reconnaissance, dans l'approbation que tu donneras à ton enfant intérieur que tu pourras agrandir ton corps énergétique, que tu pourras faire briller plus fortement ta passion et ton feu. 

Une si belle énergie spirituelle est là, un émerveillement, une gratitude pour le règne supérieur. Ce qui manque, c'est la gratitude pour qui tu es toi, dans toutes tes manifestations. C'est par le biais du travail avec l'enfant intérieur que tu pourras agrandir ainsi ta colonne de manière à ce que ton feu brille plus fortement. Je t'invite à refaire les méditations qui ont été transmises, utilise ce concept plusieurs fois, de manière à agrandir, agrandir, agrandir et tu verras que tu deviendras plus visible, mieux visible. Le travail que tu fais pour d'autres régions géographiques a bien sûr la bénédiction du Très Haut et je ne saurais te remercier assez pour ce travail. Entoure-toi de ces fleurs que je mets à ta disposition, voilà pour toi.

 

Je suis à l’écoute de la prochaine question.

 

QUESTION :  Je ressens une profonde tristesse pour le moment, il y a eu comme un déclic en peu de temps. En lien avec la situation actuelle, où face à toutes mesures strictes, j'ai pu ressentir une blessure de ne pas être à ma place, rejetée et par-dessus tout le sentiment de n'être en sécurité nulle part sauf légèrement en moi-même, tout cela au niveau émotionnel.

 

Ma question est comment se fait-il dans mon cas de ressentir une telle peur et insécurité face à mes propres émotions négatives et de tristesse alors que cela m'appartient également ? 

 

REPONSE : Ma chère amie, tu es tendrement aimée, sois remerciée d'être en chemin. Le travail que tu fais porte ses fruits. Une bonne relation est établie avec ton accompagnante et c'est grâce à cela que tu peux maintenant trouver la petite en toi qui pense ne rien mériter. 

 

Tu sais que ta solution de survie a été justement de renoncer et bien évidemment une grande tristesse découle de cela. C'est donc une petite fille qui est abandonnée quelque part. Je t'invite à méditer pour voir où elle se trouve. Pour l'instant, c'est encore un endroit très sombre. Cette petite a renoncé à l'idée de recevoir quelque chose de quelqu'un, mais tu vas désormais être sa bonne maman.

 Comprends  que ta solution a été de vivre au-dessus de ta vie et c'est ainsi que tu as laissé d'autres déterminer qui tu es. La petite en toi sent qu'elle n'a pas le droit à la parole, car c'était effectivement la solution. Tu es venue, tu t'es incarnée dans ces circonstances douloureuses, dans un contexte de génocide, justement parce que tu formules cela. Cela a été le cas de toutes les personnes qui se sont incarnées à cet endroit, à ce moment. Ce n'est pas le corps physique qui était en danger, c'est le corps spirituel, mais grâce à la menace qui pèse sur le corps physique, l'être humain peut à nouveau établir le lien avec la magnificence qu'il est fondamentalement. 

 

Prends donc contact avec cette magnificence et dis-toi qu'elle est au fond de cette peur, au fond de cette négativité, donne-toi donc le droit de ressentir intensément ta colère, prends-en la responsabilité, fais des catharsis, ne dirige pas la colère contre quelqu'un, mais accueille-là et vois que la force de la lionne qui vit en toi  se trouve justement dans cette colère. La colère n'est pas négative, elle est essentielle dans la vie d'un être humain, mais comme nous l'avons vu, il est important de voir quelle est l'émotion qui a existé avant la colère. 

Agrandis ton espace, agrandis ton territoire et pose-toi fermement sur le sol de la terre en disant « j'existe ». Les travaux que tu as entrepris à cet effet sont importants : ceux que mon instrument t'a conseillés dans votre rencontre de groupe.

 

En rapport avec ce groupe des jeunes, sachez que c'est vous, toi et d'autres, qui êtes sur le point de changer le monde. Il se peut que cela soit lourd à porter sur vos épaules, mais sachez que vous êtes des précurseurs, que vous êtes les pionniers. En faisant ainsi ce travail de transformation de toutes les parties de vous qui ne se sentent pas méritantes, vous posez l'énergie spirituelle avec laquelle vous vous êtes incarnés, vous les jeunes, qu'en aucun cas les plus anciens ne pourront véhiculer. 

 

C'est vous qui pouvez porter la pleine charge de votre être et cela passe par la confrontation des parties de vous qui sont encore en lien avec votre conscience infantile. Vous êtes plus proches encore de l'enfance, bien entendu, mais aucun d'entre vous n'est encore dans cette enfance. 

 

Prenez donc la responsabilité et ouvrez-vous à ce que vous ressentez, ouvrez-vous à l'intensité de l'être humain que vous êtes, et cette intensité se reflète dans les couleurs que vous aimez, dans la joie, dans les émotions positives, et cette intensité se reflète tout autant dans l'urgence de vos émotions sombres, dans votre colère, dans votre jugement, dans votre sentiment de vouloir vous venger. 

 

Donc, n'ayez peur d'aucune de ces choses, confrontez-les, laissez-les exister et puis, acceptez-les, et puis transformez, transformez, transformez...Imaginez la quantité immense d'énergie purement positive qui est là, dans ces éléments dont vous avez peur, cessez d'avoir peur. 

 

C'est un enfant en toi qui a peur, ma chère, sois la bonne mère de cet enfant et donne-lui le droit de se salir, donne-lui le droit de déborder. 

 

Faites délibérément des choses pas très correctes, véritablement, faites-le avec votre enfant intérieur, jouez à cela, vous en avez envie, faites-le. Par cela, je n'entends pas, bien entendu, le fait d'agir sur votre négativité, sur votre hostilité face à l'autre, mais faites-le dans les catharsis, utilisez la plénitude de votre énergie de vie, qu'elle soit déjà libérée ou qu'elle soit encore momentanément piégée dans ce qui est négatif en vous. N'ayez pas peur de cela, voilà pour toi.

 

Je vous écoute.

 

QUESTION : Lors du dernier stage, à la cérémonie, j’ai jeté mes freins, j’ai décidé d’aller vers la lumière, de bouger. J’avais formulé que je souhaitais voyager, par exemple aller voir une collègue en Italie dès que mon énergie l’aurait permis. 

 

Le confinement arrête tout. Je pense que cette situation ainsi que mon AVC  (pile 1 an) sont une étape importante dans ma vie. Je ne doute pas de mon élan de vie. Ce qui est nébuleux, c’est ce vers quoi je veux aller. J’aime tant les gens et le malheur qui frappe certains me rend tellement triste. 

 

Quand j’étais à l’institut William Lennox, la solitude de certains me pesait beaucoup et je me rapprochais d’eux, cela me rassurait et je pensais que je pouvais les réconforter un peu. Je réfléchis à : est-ce que je souhaite vraiment retourner travailler ou aller vers une autre voie ou les deux ? Je le vois ou ne veux pas voir. Je fais confiance aux êtres de lumière pour me guider.

 

REPONSE : Ma chère amie, tu as posé l'acte de vouloir te libérer de tes freins. L'acte où tu as déposé ton intention, n'était qu'une intention, bien sûr. Il est donc important maintenant de voir toutes les manières qui s'offrent à toi où tu peux mettre à exécution cette intention que tu as posée ce jour. 

 

Tu t'es fait croire et tu fais croire à ton entourage que tu n'es qu'une petite flamme vacillante et tu as tellement cru en cette histoire que tu as failli complètement l’éteindre, ici sur ce plan terrestre, au moment de ton AVC. C'était effectivement l'électrochoc et l’appel vers une vie plus large et plus grande.

 

La question que tu poses est posée par un enfant qui le vit comme une charge, voilà encore quelque chose qu'elle doit décider, comme si c'était soit l'un, soit l'autre. La vérité c'est qu'il n'y a pas de question à se poser. La vérité est que tu peux laisser ta flamme intérieure briller plus largement, comme tu le fais dans tes méditations et cela est très bien. Maintenant il est important, comme je l'ai dit dans ma réponse précédente, de ne pas avoir peur de ta négativité et d’oser parfois même agir sur la négativité. Cela prend en compte le fait que quand tu as une émotion négative, bien sûr, il te faut faire le travail et en découvrir l'origine, mais c'est important aussi de savoir que ta négativité est tout autant au service de l'évolution que ta positivité et là, il y a encore une marge de croissance. 

 

Notamment dans tes relations familiales, il est important que toi aussi tu te donnes le droit de poser des limites, vois comment pour le moment ta croix personnelle est faite de l'hésitation entre « je ne suis pas d'accord avec ce qui se passe là » et puis de l'autre côté ta solution de survie qui a été d'être dans l'apaisement. Et c'est encore ta solution aujourd’hui, mais as-tu déjà compris qu’en étant ainsi dans cette lâcheté quelque part, tu n'aides pas l'autre à évoluer ? 

 

C'est comme si tu te mettais au centre de ces situations, comme si tu avais encore à prouver que tu es une gentille fille. Je t'invite à faire le lien entre la gentille fille et la petite flamme vacillante. La vérité est qu'il y a là une quantité immense d’un élan qui est étouffé au fond de toi et qui a envie de faire le bien. 

 

La souffrance que tu ressens est un appel au fond de toi de contribuer, d'aider les personnes, mais tant que tu te perçois comme étant petite et une petite flamme seulement, tu hésiteras toujours face à cette possibilité. Sache que c’est ici par le fait de te donner le droit de placer aussi une émotion négative, de l'exprimer que tu vas pouvoir faire briller plus fortement cette flamme. Sache que c'est à ce moment-là que les synchronicités seront là, que les signes apparaîtront à toi avec une clarté étonnante. Rassure ton enfant intérieur à tout moment, chaque jour. Tu n'as plus à prouver que tu es une gentille fille puisque tu es un être divin, voilà pour toi. ?

 

Je vais me retirer quelques instants pour permettre à mon instrument de se désaltérer.

--------

Je suis à nouveau parmi vous et je suis à l’écoute pour la prochaine question.

 

QUESTION : Je ne sais pas comment sortir de mon apathie ; je veux redécouvrir élan et enthousiasme, même si globalement ça va. Par enthousiasme j’entends vivacité et énergie. Que faire ? Comme un moteur créatif qui emporte. Je ne sais pas très bien comment le formuler.

 

REPONSE : Ma chère amie, tu n'es pas sans savoir qu'un grand talent t’a été accordé ou devrais-je dire plusieurs grands talents, mais vu ton identification avec le mental et l'absence de confrontation des émotions, tout cela reste dans un entonnoir. Par ailleurs, il y a une fatigue et l'absence d'enthousiasme et d'élan découle de cette fatigue de ne pas être reliée à ta source fondamentale, cette source fondamentale qui vit en dessous de tes émotions contradictoires et c'est bel et bien le problème de plusieurs d'entre vous, j'entends ici de manière large, des êtres humains qui ont une qualité, qui sont qualifiés de surdoués, ou d'exceptionnels. 

Méfiez-vous, car il y a un enfant obstiné qui va se servir de cette qualification et cela peut avoir comme effet, comme cela a été, à un moment donné, le cas pour mon instrument qui pourra témoigner, d’avoir l'impression que plus aucun travail n'est à faire puisqu'il y a déjà cette grande conscience et cette créativité.

 

Je t'invite donc, ma chère amie, à véritablement confronter, pas à pas chacune de tes émotions négatives, pour ne pas être happée et emportée par le cerf-volant de ta connexion avec les autres mondes de ta créativité, de ton intellect, de ta perception claire. 

 

Tu as des personnes à aider, mais cela n'est pas possible dans l'état actuel parce qu’il n’y a pas suffisamment d'enracinement. C'est ainsi que je te vois assise sur un trône et il y a en bas des personnes qui t'attendent, sauf que, ton trône, il flotte dans les airs et cela ne sera donc pas possible, car la connexion ne peut se faire. Voilà une réponse très claire et directe pour toi, il se peut que tu ne l'apprécies pas, mais c'est ma tâche aujourd’hui de te la donner, voilà pour toi.

 

Je suis à l’écoute de la prochaine question.

            

QUESTION : Pourquoi, lorsque je sens que quelque chose est positif pour moi, je ne laisse pas le positif m’envahir et j’ai le doute, la peur qui arrivent, la honte de croire, la honte de penser que c’est trop simple. Merci.

            

REPONSE : Magnifique, cette question témoigne d'une grande maturité. Il est dommage de ne pas te servir de cette maturité spirituelle et émotionnelle pour aller retrouver la petite qui justement formule ne pas y avoir droit. Il y a une ancre qui te tient en arrière, cette ancre se trouve dans les circonstances de ton enfance, il y a aussi comme pour la question précédente, un élément de gaspillage. 

 

Dans ton cas aussi un grand réservoir a envie de se verser dans le monde, mais cela ne peut passer à travers le regard de la petite. Il y a là un élément de restriction, c'est ainsi que je te demande de travailler avec l'enfant intérieur. C'est important pour assumer la pleine envergure de ton Soi divin. L'enfant va toujours s'évaluer, s'autoévaluer quelque part. 

 

L'enfant qui vit dans vos profondeurs est toujours en train de dire « est ce que je suis quelqu'un de bien, est ce que je ne suis pas quelqu'un de bien, est ce que je mérite cette chose et certainement, je ne mérite pas cette chose. » Comprends bien, quand tu réécouteras ce message, quand tu reliras sa transcription que l'enfant se sert du fait de ne pas accepter le cadeau que lui fait la vie, à l'adulte que vous êtes, justement parce qu'il veut que ce soit quelqu'un d'autre qui lui en donne la permission. 

 

C'est donc à toi d’être le bon parent de ton enfant intérieur et de te donner la permission de jouir, de prendre plaisir, de t'ouvrir à toutes les satisfactions qui sont là à ta disposition. Par la même occasion, tu pourras aller retrouver l'enfant blessé qui se trouve en dessous de cet enfant obstiné qui veut la gratification dans le passé en allant retrouver les vraies blessures qui ont eu lieu lors de l’enfance. Voilà le travail, ce travail apportera une immense libération des limitations que tu t'imposes par le fait de faire passer ta gratification, ton épanouissement par le biais de l'enfant, voilà pour toi.

 

Je suis prêt pour la prochaine question.

 

QUESTION : Que puis-je faire pour aider davantage les personnes qui viennent en consultation chez moi. Merci.

 

REPONSE : Vous allez me dire que je suis comme un disque rayé aujourd’hui, en fait je réponds ici à l'inquiétude de mon instrument dont je perçois les pensées, oui, un disque rayé peut-être, mais c'est toujours la même réponse effectivement. 

 

La meilleure chose à faire, c'est d'être au courant de ses propres contradictions intérieures, portez dignement votre croix, et en ce moment où les énergies pascales sont à leur apogée, préparez-vous à la résurrection, la résurrection qui provient de l'acceptation de votre dualité. Votre acceptation de votre propre croix, de vos tendances contradictoires est effectivement votre contact avec le Soi divin, car c'est par cette acceptation que vous arrivez à vous aligner sur le dieu, sur la déesse que vous avez toujours été. Comprenez bien que c'est là l’utilité du travail, et tant que vous n'avez pas exploré vos propres profondeurs avec tout ce qui s'y vit de sombre et de limitant tout en le niant, tout en ayant décidé de ne pas aller voir dans tout ce qui est négatif, cela fait qu’environ 60 % de qui vous êtes, 70 % de qui vous êtes est mis en échec ; quel dommage n'est-ce pas ?

 

Pour mieux aider les personnes qui sont à ton écoute, il y a à confronter et à prendre la responsabilité à chaque instant de ce que tu formules comme émotion négative et de voir à quel point tu es encore tentée d'agir comme automatiquement sur cette émotion négative. 

 

Cela veut dire qu'il n'y a qu'une partie de toi qui se sent légitime d'être dans cette position d'aider les autres. Imagine que cela devienne un 100 % de légitimité. Je t'invite à ressentir cela, à ressentir l'effet que cela ferait si tu n'avais plus de doute et tu n'auras plus de doute si tu suis le fil de tes émotions négatives, si tu suis le fil de la blessure, bien sûr, car c'est juste en dessous de la blessure, et souvent à cet endroit-là, justement là où vous avez eu le plus mal, que se trouve votre plus grande contribution à l'humanité. 

 

Bien entendu qu'il ne s'agira pas d'une contribution en tant qu'expert, ou en tant qu'être supérieur, ou en tant que professionnel, non, ce sera la légitimité d'être un cœur qui saigne, de comprendre ce qu'est la vie, de comprendre ta propre souffrance, d'accueillir ta propre négativité ; ce qui en découle, c'est l'amour, l’amour, car l'amour est le seul guérisseur dont vous avez tous besoin, à commencer par votre enfant blessé, voilà ma réponse.

 

Je vous écoute.

 

QUESTION : Comment transitionner sans peur vers la réalisation de ma mission de cœur qui est en partie de donner des soins énergétiques et de ce que j’en ressens d’enseigner, je ne sais pas encore exactement quoi. Alors  que je suis empêtrée dans un métier qui ne me parle plus, qui m’aide à payer mes factures, je suis sous une organisation de vie débordée et mal gérée qui ne me laisse que peu de temps pour développer un projet de cœur et qui phagocyte mon énergie et ma santé. J’ai peur de ne pas réussir à en vivre. J’ai peur avec mon syndrome de l’imposteur, de ne pas être à la hauteur. Je sens que j’ai encore tellement de bagages à délester pour pouvoir partir légère dans cette aventure. Quelles sont les plus importantes prochaines étapes-challenge que je dois transcender pour parvenir à la réalisation de mes missions d’âme ? Merci de tout cœur.

 

REPONSE : Voilà encore une belle profondeur dans ta réflexion. La vie émotionnelle est là, ouverte comme un livre devant toi. Ce qui manque c'est l'acceptation et c'est aujourd’hui que je t'invite à célébrer, à célébrer tout ce que tu as nommé, à célébrer la confusion, à célébrer le désordre,  tu as le droit d’être tout ça et bien pire encore. Ce qui manque, c'est l'amour pour cet état, ce qui manque c'est l'accueil de tout ce que tu es dans ton humanité.

 

Oui, bien sûr, va dans le sens de ces soins énergétiques, donne là où tu peux donner. Penses-tu vraiment que là-haut, il y aurait une quelconque réticence à se servir de tous les talents, de toutes les capacités qui sont latentes chez les êtres humains en disant «  Humm, nous ne pensons pas que cette personne soit prête ! » Mais quelle illusion, quelle projection du monde du vide et de la conscience infantile. 

Nous vous attendons, chers amis, le monde attend ce que vous avez à verser. Donc les enseignements que tu veux donner, sache que, bien entendu, comme pour tous, et bien, ils se trouvent tous là, en dessous de cette émotion négative. 

 

L'humanité que tu vas développer dans l'acceptation de toutes tes parties contradictoires va te permettre de te remplir de l'intérieur et même si le syndrome de l'imposteur sera toujours là, quelque part, l'enfant restera là toute votre vie durant, ce n'est pas que ce sera un jour définitivement réglé. Ce qui est certain, c'est que de plus en plus, tu auras le courage d'aller dans le sens de «  je le veux quand même, même en ayant peur ». 

Voilà la bonne réponse en fait que vous pouvez cultiver au fond de vous. Ce que vous êtes tous venus apporter à la terre a tellement d'importance, vous êtes tous tellement pleins de tout ce que vous avez à verser et vous êtes tous tellement peureux parce que vous vous identifiez avec l'enfant qui ne se sent pas légitime. 

 

Avez-vous vu le nombre de personnes qui ont accepté de sortir de leur zone de confort ? Qu'ils soient artistes, qu'ils soient dans le développement personnel, qu'ils soient dans n'importe quel domaine de l'existence, les voilà qui sont assis sur leur talent et qui ressentent le besoin d'éclore comme un œuf. Ce sera impossible sans l'appel du petit poussin au fond de l’œuf qui a envie de sortir et de donner et de vivre et de célébrer la vie. 

 

Si vous vous mettez en harmonie vibratoire avec votre intention de célébrer la vie, plus rien ne pourra entraver votre liberté, la liberté intérieure que vous avez cultivée désormais par l'application des clés que je vous donne. Avec les cinq outils que je vous demande d'adopter, vous verrez que la liberté extérieure découlera comme un effet secondaire naturel de cette liberté intérieure que vous êtes en train d'acquérir. 

 

Mais pour accélérer le mouvement, il suffit d'appliquer les clés, il suffit de cinq minutes pour se sentir à nouveau légitime et balayer du revers de la main le syndrome de l'imposteur. A chaque fois que vous irez voir votre enfant intérieur, que vous donnerez une place à votre Soi divin en tant qu'observateur bienveillant de vos processus émotionnels, que vous utiliserez les catharsis pour vous vider des lacs d’émotions stagnantes, de vos émotions vieilles, millénaires, et votre travail avec l'enfant intérieur, tout cela vous donnera la voie de créer vos relations à un autre niveau, de communiquer autrement et vous sentir légitimes, légitimes, légitimes. Puis-je vous le dire à tous, vous êtes légitimes, car vous êtes un Soi divin qui a envie de changer ce monde. 

 

Pourquoi tant de pauvreté, pourquoi tant de réticence à donner ce que tant de gens attendent ? N'ayez aucune peur, vous ne devez pas être le plus élevé dans votre domaine, vous devez être juste un pas plus loin que la personne qui bénéficie de ce que vous avez à dire, un pas, c'est tout, soyez certains de faire ce pas vous-même chaque jour par la mise en pratique des outils que je mets à votre disposition. Vous vous sentirez légitimes, mais observez le petit singe fou qui tourne dans votre tête, la rumination. Vous n'êtes jamais au repos, vous êtes toujours dans le doute. Je vous invite à observer ce doute, je vous invite à observer l’absence de repos et je vous invite à vous donner de l’espace. 

 

Soufflez, soufflez maintenant que le monde retient son souffle. Quel est l'usage que vous allez faire de cette absence de souffle ? Soufflez en vous-même, soufflez dans votre vie intérieure, vivez tout ce qui existe en vous et voyez que cela est bien.

 

Par ce geste je pose sur votre tête, sur vos épaules, sur la tête et les épaules de tous ceux qui vous sont chers, la plus haute des bénédictions du Très Haut. Saurez-vous accueillir cette bénédiction ? 

 

Accueillez-la, ouvrez-vous à elle, cela dépend de vous, car la bénédiction est toujours posée sur vous, mais c'est vous qui la refusez par des milliers d'excuses, toutes en lien avec des souffrances que vous avez vécues dans votre enfance, Je vous salue.

 

Autre Eglise, le 13 avril 2020