Continuons à tester nos capacités

  

Il est difficile, bien entendu, pour les êtres humains de maintenir leur regard sur le monde céleste. Votre désir ardent de vous incarner sur cette planète de la dualité peut être comparé au désir d’un enfant de jouer à un jeu vidéo, ou peut-être au désir d’un enfant d’aller à la foire. Quand l’enfant entre dans la maison hantée, il est parfaitement conscient qu’il aura peur dans cette maison hantée ; ses valeurs divines lui insufflent qu’il est grand, qu’il est fort, qu’il a du courage. L’intérêt des petits humains pour ce genre d’attraction provient tout naturellement de leur être divin, car comment savoir que vous avez du courage, que vous êtes grand, si vous ne pouvez pas vous mesurer à une situation de défi ?

 

C’est donc un mélange de peur et d’anticipation du défi qui habitent l’enfant quand il se rend dans la maison hantée. Il sait que quelque chose d’effrayant l’y attend, mais il a absolument besoin de sentir sa puissance, sa capacité à braver ses peurs et les interdits. Il est venu sur Terre pour créer des valeurs, il doit tester son endurance, sa persévérance, son courage, sa stabilité. Cela le remplit d’exaltation, c’est l’exaltation de son Etre. Mais il sait qu’il aura peur et quand il entre dans la maison hantée, effectivement il a peur. Certains enfants se souviennent de leur élan de se dépasser quand ils se trouvent dans la maison hantée et qu’ils confrontent les faux monstres qui surgissent. D’autres l’oublient et ont juste très peur, ils crient, ils pleurent, ils s’enfuient.

 

Tous ont peur, tous crient, et tous veulent ressortir de la maison hantée. Mais néanmoins, quel que soit le degré de réussite qu’ils ont connu, en ressortant de la maison hantée, la fascination demeure pour chacun d’entre eux. La fascination d’être capable de relever un défi. Ils s’observeront en ressortant de cette maison hantée avec des degrés variables de contentement de soi, d’estime de soi, d’amour de soi. 

 

Certains, qui auront été hypnotisés par ce qu’ils appelleront alors leur bêtise d’être entré volontairement dans un endroit où ils savaient qu’ils allaient avoir peur, se sentent vaincus par l’expérience et n’ont nullement envie de la répéter. D’autres encore se disent : « Je suis fier de moi parce que j’ai osé braver ma peur. » Les premiers s’avouent vaincus par l’obstacle, les seconds sortent vainqueurs, pourtant tous ont crié, ont pleuré, ont eu peur et ont voulu s’enfuir.

 

Cette métaphore s’applique à vous, mes chers amis. Vous avez l’impression d’être définitivement piégés dans une maison hantée par de multiples monstres, vous jouez à vous faire peur. Vous imaginez les pires scénarios-catastrophe, vous oubliez que vous avez volontairement choisi l’expérience sur Terre parce que vous avez voulu confronter et tester votre force, votre courage, votre détermination et votre persévérance. 

 

Vous sentez-vous grandis par les expériences de vie que vous traversez ou êtes-vous déçus de vous-même ?

 

Il est évident qu’en retournant dans la maison hantée, vous avez toujours peur. Il y a ceux qui retournent, et il y a ceux qui ne retournent pas. Ceux qui ne retournent pas sont évidemment ceux qui se sont sentis vaincus et c’est leur orgueil, bien entendu, qui les empêche de tenter à nouveau l’expérience. L’autre catégorie y retourne. Ils affrontent les mêmes monstres et cette fois-ci, ils ont un peu moins peur. Ils sont alors fiers d’eux.

 

La question que je vous pose aujourd’hui, mes chers amis : « Combien de fois êtes-vous retournés dans la maison hantée ? »

 

Depuis votre enfance, vous avez vaincu de nombreuses peurs. Ce qui vous faisait peur à l’époque ne suscite plus chez vous qu’un sourire maintenant. Mais de nouveaux défis vous attendent. Il est évident que ces défis se corsent au fur et à mesure que votre conscience de vos qualités divines grandit. C’est ainsi que vous avez combattu avec une épée en carton. Vous êtes passés par la suite à l’étape de l’épée en bois. Etes-vous prêt maintenant, mes chers amis, à manier l’épée en acier ?

 

La croissance, tel est votre moteur, et c’est dans la croissance que se trouvent votre bonheur, votre autosatisfaction, votre amour de vous-même et votre respect de vous-même. Avez-vous le courage nécessaire pour affronter des démons de plus en plus puissants ?

 

Chers amis, je vois en ce jour vos yeux fermement rivés sur les moindres recoins d’où pourrait surgir un fantôme ou un monstre. Vous blâmez le monde, Dieu, la vie et les circonstances pour vous avoir posé, vous avoir enfermé dans cette maison hantée. Mais vous y êtes entrés volontairement parce que vos forces grandissent et que vous avez besoin de les tester.

 

Extrait du message du Guide du 12 avril 2014, Autre-Eglise