Conférences « Vie : mode d’emploi » par Marianne Hubert

 

Chaque mois, Marianne aborde un nouveau sujet du mode d’emploi dont fait partie ce livre. Les conférences nous initient à une perspective qui va bien au-delà des limites auxquelles nous pensons souvent devoir nous conformer. Elles nous invitent à créer une vie plus large et plus satisfaisante et à laisser émerger de nous ce que nous sommes venus apporter sur terre.

La symbolique spirituelle de la sexualité

 

«Dans l’existence humaine, la sexualité est l’expression de la conscience qui tend vers l’unification. La sexualité dans sa forme idéale est représentative de l’existence essentiellement spirituelle de l’être humain.

 

En effet, dans l’expérience sexuelle totale, l’homme brise les confins du temps et de la séparation, ce qui lui rappelle son existence véritable qui est éternelle. Mais pour que cette fusion avec la Source soit complète, nous devons réaliser l’union non seulement au niveau sexuel, mais également aux niveaux mental, affectif et spirituel. Cette conférence offre de précieuses clés relationnelles pour atteindre l’union à ces quatre niveaux.»

 

Le mariage de l'ère nouvelle

 

«Dans cette conférence, Marianne aborde le mariage dans tous ses aspects : l’institution du mariage à travers les âges, ses distorsions aux niveaux émotionnel et sexuel, toutes les raisons pour lesquelles nous avons tendance à considérer l’union amoureuse de longue durée comme une proposition impossible. 

 

Le puissant courant qui est libéré quand les forces d’amour et de sexualité sont unifiées par le pouvoir d’éros fait peur et peu d’êtres humains sont capables de l’endurer avant d’avoir atteint un haut degré de développement intérieur. 

 

La perspective spirituelle mise en lumière dans cette conférence révèle l’immense potentiel d’évolution qui est contenu dans le mariage de la nouvelle ère. Il est possible d’y vivre la fusion au niveau physique, émotionnel, mental et spirituel. On devient alors un, non seulement avec son partenaire, mais également avec Dieu.»

L'homme et la femme

 

Dans cette conférence, Marianne aborde les différences entre l’homme et la femme du point de vue spirituel. Parmi les sujets évoqués : l’historique de chaque sexe à travers les âges, l’« émancipation » de la femme, ses effets et son impact sur les hommes, etc.

 

En retrouvant l’intention divine du choix d’incarnation en tant qu’homme ou en tant que femme, nous pouvons éviter de tomber dans les jeux de rôle rigides et caricaturaux et dans le piège de la rébellion et de la soumission. Nous pouvons alors nous réaligner sur notre axe véritable, chacun dans sa spécificité, et retrouver le plaisir de la complémentarité.

Le cercle vicieux de l’expérience infantile

 

Si nos relations aux autres nous posent problème, c’est qu’inconsciemment nous reproduisons le cercle vicieux de l’enfance où nous somme dépendants de l’approbation et de l’amour d’autrui pour déterminer notre propre valeur. Nous acceptons alors de renoncer à ce qui est le plus essentiel pour soi. Nous croyons, à tort, que tel est le prix de la relation.

 

 Apprenez à poser le cercle de l’adulte: Vous êtes le créateur de votre vie et vous en êtes responsable. A partir de cette position d’autonomie, vous pouvez suivre votre désir profond de créer la relation à l’autre sans vous mettre en danger.

Amour, éros et sexualité

 

A notre époque, est-ce bien raisonnable de vouloir garder une relation toute sa vie ? La fidélité est-elle une notion désuète ? Si nous évitons le quotidien en ne vivant ensemble que ce qui est agréable, l’amour reste-t-il plus longtemps ? Pourquoi certaines personnes rencontrent-elles souvent des partenaires déjà engagés ailleurs ?

 

Comment éviter la routine dans le sexe ? Mes fantasmes sexuels ne plaisent pas à mon partenaire… Il se peut qu’on soit amoureux de quelqu’un qui ne nous attire pas physiquement et vice versa, pourquoi ? Ah, l’amour est si compliqué ! Quand on a trop souffert, on peut avoir envie d’y renoncer complètement… mais cette décision ne nous satisfait jamais vraiment.

 

Notre âme continue à aspirer à l’union véritable avec un seul être, car la réussite du couple est une étape essentielle dans la progression de l’être humain vers le but de son existence : l’émergence totale de son être divin. Si nous acceptons le défi, le couple s’avère être un chemin dans le chemin.

 

Dans cette conférence, Marianne Hubert éclaire l’amour et la sexualité du point de vue spirituel.

Spiritualité et prise de décisions : cause à effet

 

Le simple fait de prendre des décisions claires ou non a une grande incidence sur le déroulement de notre existence. Même si nous prenons facilement des décisions dans notre vie de tous les jours, il n’en est pas de même pour notre vie intérieure qui crée pourtant nos expériences de vie.

 

Quand nous sommes confus et avons des émotions conflictuelles autour d’un sujet, notre tendance est d’en détourner le regard et de remettre à plus tard le choix d’une direction à prendre. Pourtant, ne pas prendre de décision est aussi une décision et elle aura ses conséquences. Venez découvrir l’immense potentiel de transformation qui est contenu dans vos confusions et hésitations.

 

La signification spirituelle des crises

 

Loin d’être négatives, les crises surgissent pour nous avertir que quelque chose dans notre vie est devenu obsolète. Souvent un concept erroné sur la réalité de la vie, une image ou une attitude négative dans notre subconscient est à l’origine du chaos momentané.

 

Si nous sommes prêts à nous remettre en question, la crise qu’on redoute devient annonciatrice d’un état bien meilleur, plus élevé et plus gratifiant!

Le sens spirituel des relations humaines

 

La friction qui provient de la relation avec les autres est un instrument pointu de purification et de connaissance de soi car elle révèle les conflits qui existent encore dans notre propre psyché.

 

Nous pouvons apprendre à nous servir de cette friction à notre avantage et guérir nos conflits intérieurs, vivre la paix en nous et connaître la paix dans nos rapports avec les autres.

 

Il est possible de régler définitivement la dualité qu’il nous arrive de vivre dans nos émotions: « soit je m’ouvre aux autres et je souffre à cause des conflits qui surgissent, soit je me retire et je souffre de solitude ».

L’estime de soi

 

Nous pensons devoir être parfaits pour avoir de l’estime de soi. En tant qu’êtres humains, il nous est impossible d’être parfaits. C’est donc tout à fait normal d’avoir des défauts. Nous pensons que si nous constatons un trait négatif en nous, ce trait définit qui nous sommes. Alors que nous pouvons changer ce qui en nous ne nous convient pas, car le changement est la nature même de la vie !

 

Notre subconscient recèle pourtant également des traits de caractère issus d’un choix délibéré de ce qui est négatif et provoque de la souffrance pour nous et pour les autres : notre intentionnalité négative. Pourtant, tant que ces tendances ne sont pas conscientes et admises nous ne pourrons jamais véritablement nous apprécier.

 

Mais si nous développons le courage d’y faire face, cette honnêteté nous procure une grande détente, nous pouvons alors nous faire confiance et avoir de l’estime pour qui nous sommes, avant même d’avoir renoncé à nos intentions négatives.

Image idéale de soi et perfectionnisme

 

Cette version améliorée de nous-mêmes que nous pensons devoir atteindre pour mériter l’amour et l’approbation des autres est en fait un véritable esclavagiste qui nous fouette sans répit. Jamais nous ne pourrons atteindre la perfection qu’il exige de nous !

L’image idéalisée de soi et le perfectionnisme nous dévalorisent et nourrissent notre manque d’estime de soi. Ils nous empêchent de profiter de l’amour que nous recevons déjà, imparfait peut-être mais donné librement et sans jugement.

Les différents visages de Dieu

 

Le mot « Dieu » est devenu un mot tiroir dans lequel on range les différents concepts que nous avons formés à partir des conditionnements du passé ou à partir du refus de ceux-ci. Notre expérience consciente de Dieu est intime et individuelle, et elle le sera de plus en plus dans la nouvelle ère, où chacun se sentira libre de cultiver son lien avec le divin sans passer par un dogme ou un intermédiaire humain.

 

Dans le cycle de développement psychologique et spirituel de l’être humain à travers les âges, mais aussi lors d’une vie individuelle, il existe sept étapes dans sa manière d’être en lien avec Dieu. L’athéisme est d’ailleurs l’une de ces étapes. Seule la dernière étape, celle de la conscience totale que Dieu EST en nous et que nous en sommes un aspect, est compatible avec notre faculté à créer notre vie selon nos souhaits, en accord avec la partie supérieure de nous-mêmes.

 

Dans cette conférence, Marianne Hubert nous éclaire sur les différents visages de Dieu qui peuvent encore persister dans notre subconscient. Loin d’être neutres, ces images colorient notre perception et donc notre expérience de vie et peuvent sérieusement entraver notre capacité de créer notre vie selon notre plus haut potentiel.

Le plaisir – force motrice de notre existence

 

Le plaisir est un sujet fort controversé. Nous croyons n’avoir droit au plaisir qu’en tant que récompense, après un effort ou une épreuve. Beaucoup de confusion entoure de nombreux aspects du plaisir : plaisir physique, gourmandise, le plaisir que procure l’argent. La société nous pousse à la consommation du plaisir dans l’excès et nous avons appris à nous méfier de ses dictats. Par ailleurs, l’absence de plaisir, l’austérité et l’état sans désir sont valorisés. Qu’en est-il vraiment ?

 

Les sources spirituelles affirment pourtant que notre état naturel est de connaître le plaisir en toute chose et que l’objectif de la vie sur terre est justement de se laisser de plus en plus traverser par le plaisir, car le plaisir est égal à l’amour, à la lumière, à la joie, à la force, à la sagesse, à la conscience ; notre tâche d’être humain est de rayonner ces attributs spirituels dans la vie terrestre. Une fois enlevées toutes les couches d’erreur autour de notre noyau divin, il devient évident que le plaisir est la nature même de l’existence.

 

Cette conférence vous éclairera sur les différents aspects psychologiques et spirituels en rapport avec le plaisir. Vous pourrez retrouver vos croyances personnelles autour du plaisir, comme celle de devoir y renoncer, qu’il n’en existerait qu’une quantité limitée ou encore que si vous en prenez, vous en privez quelqu’un d’autre. Vous pourrez alors invalider ces croyances, changer de perspective et vous ouvrir au plaisir véritable.

Comment dépasser la dualité

 

Petits, nous apprenons la dualité : froid/chaud, clair/sombre, homme/femme, mais aussi gentil/méchant, soumis/rebelle, bête/intelligent, etc. Nous désirons toujours un opposé estimé favorable et rejetons l’autre opposé, jugé défavorable. Dans nos discussions, nous avons l’habitude de pointer les défauts d’une chose pour faire valoir les qualités d’une autre et nous appliquons le même fonctionnement à nos relations humaines.

 

Difficile alors d’aller vers une véritable construction, les deux visions étant valables, chacun ayant raison et tort en même temps.Dans notre vie personnelle, notre division intérieure est révélée par notre attitude face aux défaillances de nos deux parents. Tout au long de notre vie, cette division est remise en scène dans tous nos conflits car, inconsciemment, nous réagissons au passé. Si nous comprenons notre division, nous pouvons guérir et transcender notre dualité spécifique.

 

Cette acceptation de la dualité nous donne alors accès à un état de vie plus serein où les différents aspects d’une chose sont complémentaires plutôt qu’en opposition. C’est l’état d’équanimité que recherchent les traditions orientales. A partir de cet état de non-dualité, notre perspective de vie peut s’orienter vers notre croissance et la construction d’un monde meilleur.

La pulsion cosmique vers l’évolution

 

Cette pulsion cosmique est d’une force immense et veut sortir l’homme de son isolement, poussant vers l’union et le contact. Elle procure un plaisir profond. Mais l’être humain en a peur, croyant qu’il sera anéanti s’il s’y abandonne. Il se trouve donc dans la position paradoxale de croire que la clé de la vie est de s’opposer à la vie.

Conscience de masse ou conscience de groupe

– l’évolution de l’humanité en tant que groupe ou en tant qu’individu

 

Il se peut que nous soyons tiraillés entre notre évolution en tant qu’individu et notre évolution au sein d’un groupe ou d’un mouvement choisi. On craint la conscience de groupe parce qu’on la confond avec la conscience de masse, celle où il y a formatage et effacement de l’individualité de chacun au profit d’une collectivité anonyme.

 

En fait, le développement de la conscience de groupe est une partie essentielle du mouvement de conscience qu’on appelle le Nouvel Age, prochaine étape de l’humanité. Lorsqu’un certain nombre de personnes atteint un haut niveau de conscience individuelle et se réunit dans la poursuite d’un objectif précis, nous pouvons parler de conscience de groupe qui est alors bien davantage que la somme de ces consciences individuelles. La conscience de groupe peut vraiment transformer la réalité que nous connaissons.

 

Le rôle du désir dans l’existence humaine

 

Le désir est un puissant moteur dans l’existence humaine. Notre désir est comme un aimant qui attire à nous ce que nous désirons. Nous savons tous ce que nous désirons consciemment. L’univers bienveillant ne nous refuse aucun de nos désirs. Mais si nous n’expérimentons pas la satisfaction de ces désirs, c’est qu’un autre désir, contradictoire, est à l’œuvre dans notre subconscient.

 

Il se peut très bien que dans notre subconscient, il subsiste un désir qu’a formulé l’enfant que nous avons un jour été, à partir d’une peur qu’il a connue. Il en résulte une stagnation dans notre vie. Si nous comprenons ce mécanisme et retrouvons, par l’observation de nos émotions, le désir contradictoire, aucun obstacle ne subsistera plus à la satisfaction de nos besoins et désirs véritables.

Revoir les impressions sur nos parents

 

Même si nous avons déjà beaucoup travaillé sur notre enfance, il se peut que nous en gardions l’impression d’avoir été rejeté ou un vague sentiment d’infériorité. C’est parce que nous percevons notre enfance avec les yeux de l’enfant que nous avons été que, dans nos émotions, nous avons encore ces impressions. Enfant, nous avons cru que le rejet, l’absence d’amour parfait ou le manque de respect de notre individualité étaient causés par notre propre inadéquation.

 

Mais nous pouvons changer d’avis à ce sujet et revoir ces impressions émotionnelles à partir de notre conscience d’adulte, car la vérité est tout autre. Nous pouvons le découvrir si nous regardons nos parents ou éducateurs tels qu’ils étaient, des êtres humains tâtonnants, avec leur propres défis et difficultés dont nous n’étions pas nécessairement le centre. Alors nous pouvons changer d’avis sur ce vague sentiment d’échec qui nous poursuit souvent jusqu’à l’âge adulte

Comprendre le mal

 

Dans la personnalité humaine le mal vient à exister quand étant enfant nous nous anesthésions au ressenti de nos émotions douloureuses (première étape). Cet engourdissement nous rend ensuite indifférents non seulement à nos propres émotions, mais également à celles des autres (deuxième étape). Nous avons ensuite l’impulsion d’infliger de la souffrance aux autres en éprouvant du plaisir à le faire (troisième étape).

 

Cette pulsion négative contient pourtant une partie de notre substance de vie capable de créer le meilleur et il n’est donc pas question de nous en séparer. Le mal en nous est une énergie de vie figée temporairement et nous pouvons la retransformer vers son état divin d’origine.

 

Au cours de cette conférence, nous explorons le parcours du mal dans notre personnalité et la manière de le reconvertir. Les trois aspects du principe du mal et leur personnification sont également abordés.

Le processus de création dans l’univers

 

Vous n’êtes conscients que d’environ un tiers de qui vous êtes. Vous n’avez pas fini d’explorer votre subconscient. Il agit à sa guise et maintient une séparation artificielle. Vous avez peur de découvrir ce qui s’y trouve, alors que votre plus grand ennemi est justement la séparation entre votre conscience et votre subconscient.

 

Votre subconscient agit comme bon lui semble, avec tout ce qu’il recèle de conclusions erronées, de concepts faux, d’erreurs d’interprétation et d’images, toutes alignées sur le vide, le manque, l’absence de vie.

 

En vérité, l’univers a le potentiel de vous combler de toutes les manières imaginables. Mais pour cela il faut devenir conscient de ce que vous créez par la rumination, la pensée négative et les peurs anticipatives. Il faut en comprendre l’origine et avoir la volonté de le transformer.

S’aligner sur l’infinie bienveillance de l’univers

 

«Quand l’esprit de l’homme est calibré de façon à percevoir et concevoir la vie comme étant a priori hostile et méchante, c’est exactement ainsi qu’elle se manifeste à lui.Si l’homme ignore la polyvalence et la richesse de la vie et le fait qu’elle peut se manifester comme tout ce qu’il désire et en quoi il croit vraiment, alors il est pris dans un piège et ne pourra s’en échapper que lorsqu’il reconnaîtra que c’en est un.»

 

(Extrait de la conférence du Guide 179 – réactions en chaîne dans la dynamique de la substance de vie créative)

Dépasser la négativité

 

«Pour retrouver la personne que vous avez un jour été, avant de vous impliquer dans la création négative – bien avant cette vie terrestre — pour vous expérimenter à nouveau comme ce que vous êtes dans votre essence et de manière définitive, ce que vous avez toujours été et ce que vous serez toujours, vous devez envisager et mettre à l’épreuve la possibilité de créer positivement.

 

Vous constaterez alors que c’est tellement plus naturel et facile. C’est un processus organique, alors que la création négative, les attitudes destructives sont artificielles et tordues même si à ce point vous y êtes tellement habitués qu’elles vous semblent plus naturelles. Le positif est sans effort.»

 

(Extrait conf. 176)

 

L’amour de soi

 

«Ne pas vous aimer signifie que vous n’honorez pas la manifestation divine que vous représentez. Ne pas vous aimer signifie de l’autopunition, du masochisme, le déni de votre personnalité. Ne pas vous aimer entrave votre bon fonctionne-ment. Ne pas vous aimer empêche votre capacité d’aimer et d’aider les autres.

Méfiez-vous donc du concept erroné selon lequel vous auriez tort de vous aimer. Faites donc toujours la distinction entre la manière saine et la manière malsaine de vous aimer – c’est à dire entre le respect de soi et un amour de soi distordu. »

 

(Extrait conf. 53 – L’amour de soi)

 

La signification spirituelle des systèmes politiques

 

«Le véritable dirigeant, le monarque juste, si vous voulez, celui qui est à la barre du navire, est toujours un canal d’inspiration divine. Si cette inspiration n’est pas recherchée et placée au dessus de tout le reste, c’est l’abus qui en résulte. »

 

(Extrait conf.242)

Vivre en s'approchant ou en s'éloignant de notre centre divin

 

Quand il s’agit d’évoluer, nous nous référons naturellement au modèle judéo-chrétien qui fait partie de notre culture: faire un effort pour ne pas agir sur nos impulsions les plus sombres. Nous sommes alors divisés en deux : un masque qui tente d’avoir le bon comportement, et notre ombre qui reste telle quelle en-dessous du masque. La suppression des tendances négatives est épuisant et ne change rien fondamentalement.

 

Le Guide du Pathwork nous propose une autre manière d’évoluer, car notre Soi divin se situe en-dessous de notre ombre. Nous pouvons donc nous tourner vers elle, la comprendre, puis progressivement, la dissoudre. Car ce qui est négatif dans notre personnalité provient de nos blessures. En les découvrant, nous libérons petit à petit notre Soi divin, avec toute la perfection qui existe déjà en nous à ce niveau. C’est donc en toute sécurité que nous pouvons aller dans la direction de notre centre : arracher le masque, confronter ce qui est sombre et libérer le divin en nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois niveaux de conscience de la responsabilité de soi

 

Vivons-nous dans un monde où tout arrive par hasard, le meilleur comme le pire ? En réalité, l’univers fonctionne par résonance :  ce qui arrive dans notre vie provient de quelque chose en nous. Si l’événement est négatif, nous pouvons retrouver l’erreur dans notre psyché qui l’attire à nous, ce qui nous donne l’occasion de changer d’avis et de retrouver une expérience de vie agréable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 2018 - Autre Église

LE COUPLE :  UN CHEMIN VERS LE DIVIN

L'intimité dans le couple réveille nos blessures d'enfance. Notre enfant intérieur espère que l'autre sera le bon parent qui va lui donner ce qu'il n'a pas encore reçu. Mais en devenant nous-même le bon parent de notre enfant intérieur, nous libérons notre relation du poids du passé et découvrons son immense potentiel d'évolution qui mène au divin en nous.

 

Dans cette conférence, Marianne Hubert aborde les notions d'amour, d'éros et de sexualité d'un point de vue spirituel.
 

Date : lundi 1er octobre – 19h30-22h30

Lieu : Centre Autre Porte – 1 rue de la Gare d’Autre-Église – 1367 Autre-Église

PAF : 15€ sur réservation - 20€ le jour même

 

 

Visualisation créative ou rêverie ?

Imaginer un état qu'on aimerait vivre, aide à le réaliser. Mais il ne faut pas confondre la visualisation avec les rêveries pour fuire une réalité déplaisante!

 

 

 

Les vrais et les faux besoins

 

C'est un fait, quand nous étions petits, nous avions des besoins authentiques et tous n'ont pas été assouvis. Intellectuellement, nous savons qu'aucun être humain n'est parfait et nous n'en voulons plus à nos parents pour ces lacunes.
 

Émotionnellement pourtant, nous continuons à exiger des autres qu'ils compensent aujourd'hui ces manques du passé qui sont devenus des faux besoins. C'est donc tout à fait impossible. Nous sommes alors tentés de nourrir de la rancune et du ressentiment pour ces nouvelles déceptions, allant parfois jusqu'à nous saboter et nous faire du tort pour culpabiliser nos proches.

 

Ce jeu malsain nous éloigne de la satisfaction de nos vrais besoins en tant qu'adulte, qui est pourtant à portée de main!

 

Apprenez comment renoncer à ces faux besoins et ouvrez-vous à l'abondance de l'univers dans tous ses aspects.

 

 

 

Paris et Lille

Nous reprendrons prochainement nos activités à Paris et à Lille.
Pour être informé du programme, inscrivez-vous à notre newsletter en bas de page.

 

 

Novembre 2018 - Autre Église

CONTRÔLER OU LÂCHER PRISE ?

Parfois, un sentiment de panique nous submerge quand le contrôle de notre vie nous échappe et que ça ne va pas comme on veut. 

 

Et si c’était à nous de suivre notre vie plutôt qu’à elle de suivre notre volonté ? Le besoin de contrôler provient de la perspective limitée de notre ego.

 

Mais notre être divin nous surprend par des événements inattendus qui nous rapprochent de notre plan de vie. Nous pouvons être curieux et découvrir que ces "erreurs de trajectoire" sont à notre avantage.

 

Date : lundi 5 novembre – 19h30-22h30

Lieu : Centre Autre Porte – 1 rue de la Gare d’Autre-Église – 1367 Autre-Église

PAF : 15€ sur réservation - 20€ le jour même

 

Décembre 2018 - Autre Église

DONNER ET RECEVOIR

Quand nous sommes petits, nous sommes en mode "recevoir" uniquement. Nous sommes dépendants d'une source extérieure pour tout ce dont nous avons besoin. Nourriture, abri, soins, mais aussi reconnaissance, approbation, affection.

 

En grandissant, nous adoptons le mode "donner-recevoir". C'est en donnant librement à partir de notre source intérieure que nous entrons dans un cercle de dynamique positive : donner et recevoir se fondent alors en un seul et même mouvement.

 

Mais dans notre enfance, il y a eu des lacunes : nos parents n'étaient pas parfaits et quelque chose d'essentiel pour nous nous a fait défaut. Nous en avons souffert. Dans les domaines de notre vie où nous avons manqué, nous ne sommes pas passé au mode "donner et recevoir".

 

L'enfant en nous est prêt à donner dans l'espoir désespéré de recevoir ce dont il a manqué, mais si c'est lui qui donne, c'est à partir d'un vide et il se peut alors que les autres ne nous rendent pas ce que nous pensons leur avoir donné. Cela nous laisse alors déçus, amers et dans le ressentiment. Notre attitude négative empêche alors de recevoir et un cercle vicieux s'installe.

 

Date : lundi 3 décembre – 19h30-22h30

Lieu : Centre Autre Porte – 1 rue de la Gare d’Autre-Église – 1367 Autre-Église

PAF : 15€ sur réservation - 20€ le jour même

 

 

Janvier 2019 - Autre Église

LE SENS SPIRITUEL DES CRISES

Loin d’être négatives, les crises surgissent pour nous avertir que quelque chose dans notre vie est devenu obsolète. Souvent un concept erroné sur la réalité de la vie, une image figée provenant du passé ou une attitude négative dans notre subconscient est à l’origie du chaos momentané

 

Si nous sommes prêts à nous remettre en question, la crise qu’on redoute devient annonciateur d’un état bien meilleur, plus élevé et plus gratifiant.

 

Date : lundi 7 janvier – 19h30-22h30

Lieu : Centre Autre Porte – 1 rue de la Gare d’Autre-Église – 1367 Autre-Église

PAF : 15€ sur réservation - 20€ le jour même